DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rencontre entre les Européens et le médiateur international pour la Syrie


Le bureau de Bruxelles

Rencontre entre les Européens et le médiateur international pour la Syrie

Les besoins humanitaires en Syrie étaient au coeur des discussions entre les 27 ministres des Affaires étrangères et l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie. Le médiateur international a décrit une situation “catastrophique” sur le terrain. Un million de Syriens sont réfugiés dans les pays voisins.

“Comme je l’ai déja dit plusieurs fois, la crise syrienne doit se résoudre par un compromis politique pacifique, répète Lakhdar Brahimi. La situation ressemble de plus en plus à la celle de la Somalie, il y a quelques années”.

La solution ne peut être militaire, c’est ce qu’ont répété les 27 à Bruxelles. Les Européens cherchent donc à trouver des pistes pour soutenir Lakhdar Brahimi dans ses efforts. C’est ce qu’explique Laurent Fabius : “Cette question de l’embargo qui était evoquée ici il y a quelques semaines, je pense qu’elle doit se reposer très vite car on ne peut pas admettre qu’il y ait un tel déséquilibre qui aboutit au massacre de toute une population”.

Le 1er mars dernier, les 27 ont reconduit, pour trois mois, l’embargo sur les armes à destination de la Syrie. La seule différence est que cet embargo a été légèrement amendé, mais il n’est toujours pas question de livrer des armes de combat.

Pour la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, “c’est une situation terrible, vraiment terrible, et c’est une réelle préoccupation pour tout le monde, pas seulement pour les Européens, mais pour l’ensemble des pays. Il faut chercher et trouver une solution. Mais je pense qu‘à la fin, ce devra être une solution politique”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Des cosmétiques qui respectent le bien-être des animaux