DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

The Brussels Business Online, "un projet interactif participatif pour prolonger l'expérience"


monde

The Brussels Business Online, "un projet interactif participatif pour prolonger l'expérience"

A l’occasion de la diffusion sur la chaîne franco-allemande Arte du documentaire ‘The Brussels Business’, a été lancé une plateforme en ligne qui propose informations, débats et vidéos sur le monde des lobbys européens. Euronews a interrogé Mathieu Détaint, le producteur de cette plateforme, pour en savoir plus sur cette initiative narrative dont le budget s‘élève à 150 000 euros.

euronews : De quand date l’idée de la plateforme?

Mathieu Détaint, producteur de la plateforme The Brussels Business Online : Matthieu Lietaert, co-auteur du Film The Brussels Business a depuis 3 ans eu cette idée d’un projet interactif participatif qui prolongerait l’expérience. Il s’est associé à Jamie Balliu pour développer ce projet “online”. Nous sommes entrés comme producteurs sur le projet il y a un peu plus de 2 ans.

euronews : Sa mise en place a-t-elle été compliquée ? Combien de temps vous a-t-il fallu ?

Mathieu Détaint : Un projet tel que TBBO est assez long à développer car il faut définir le concept, la ligne éditoriale, trouver les partenaires financiers, pour la production, trouver l‘équipe, la façon de s’organiser, etc. Il a aussi fallu caler le projet online avec la diffusion du film The Brussels Business sur Arte. Dans l’ensemble nous bénéficions des avantages d’une coproduction internationale (France, Belgique, Allemagne, Royaume-Uni) avec forcément un peu plus de temps à passer pour s’organiser.

euronews : La logistique déployée pour la faire fonctionner n’est-elle pas trop lourde ?

Mathieu Détaint : Elle est à la hauteur de nos objectifs : produire chaque semaine un nouveau débat avec les lobbyistes (en video), les infos contextuelles (textes, infographies…), des éléments présents sur la plateforme mais aussi sur Twitter et facebook (des contenus produits spécifiquement, des éléments agrégés comme des “storify” dédiés, une sélection de liens, etc.) ; le tout en Allemand, en Anglais et en Français. Nous avons une logique de programme de flux d’une certaine manière.

euronews : Combien de personnes participent à l’aventure ?

Mathieu Détaint : Entre la conception et la gestion éditoriale au quotidien pendant la présence en ligne :

  • Un directeur artistique (Jamie Balliu, co-auteur) + un assistant designer (à Londres)
  • Une équipe éditoriale à Bruxelles : Matthieu Lietaert + un journaliste plein temps + un cadreur + 5 étudiants de l’IHECS
  • Une équipe de 3 journalistes community managers (1 / langue), à distance
  • Une chargée de production, un journaliste stagiaire et un monteur à Paris
  • Un producteur à Paris (moi), avec l’appui de mon associée Eléonore Lamothe pour la partie administrative et financière.
  • Quatre personnes en tout qui ont travaillé sur le développement et l’intégration du projet.

Soit un total de 22 personnes auquel s’ajoutent les équipes d’Arte, plus d’une dizaine de personnes impliquées à des niveaux divers dans le projet.

euronews : Avez-vous déjà eu des retours des institutions européennes ou des lobbies par rapport à votre initiative ?

Mathieu Détaint : Le Parlement européen (PE) est favorable et nous a même accueilli puisque l‘équipe éditoriale basée à Bruxelles à son QG dans le PE. C’est aussi au PE que sont tournées les vidéos des lobbyistes.

euronews : Ne pensez-vous pas que le fait d’afficher d’entrée les résultats des votes risque d’influencer les internautes dans leur choix ?

Mathieu Détaint : Ce paramètre a été changé conformément à l’idée initiale : il faut maintenant voter pour que s’affiche le résultat en cours des votes.

euronews : La participation et les premiers retours des internautes sont-ils à la hauteur de vos ambitions ?

Mathieu Détaint : Il y une bonne participation, très encourageante pour un projet qui porte sur la politique européenne. Nous avons presque 25000 visiteurs après le lancement du 3ème débat sur les gaz à effet de serre. Nous espérons augmenter la participation tout au long de l’expérience, d’autant que la mécanique est simple. Nous proposons aussi aux partenaires médias d’embedder des widgets reprenant chaque question/débat et les boutons de vote pour disperser l’expérience que propose TBBO.
Nous avons aussi de bons retours sur l’intérêt global du projet, le travail réalisé sur les réseaux sociaux et la qualité du design de la plateforme.

euronews : N’avez-vous pas peur d’un essoufflement ? Comment allez-vous procéder pour maintenir le rythme ?

Mathieu Détaint : Avec un nouveau débat par semaine, avec l’aide des partenaires médias comme le Huffington post ou la Frankfurter Allgemeine Zeitung, avec le travail de nos community managers, je pense plutôt que l’audience va continuer à progresser. Et puis nous allons voir les résultats des votes au Parlement européen sur des réformes qui ont fait l’objet d’un débat sur TBBO, avec la possibilité de solliciter directement des eurodéputés depuis la plateforme (les féliciter d’un vote, leur faire part d’un mécontentement, leur adresser un message particulier…).

Le documentaire est disponible ci-dessous :

Prochain article

monde

Les habitants d'Assise séduits par le nom du pape François