DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : la France et le Royaume-Uni poussent pour armer les rebelles


Le bureau de Bruxelles

Syrie : la France et le Royaume-Uni poussent pour armer les rebelles

Lever l’embargo sur les armes en Syrie pour pouvoir armer les rebelles. C’est la demande faite par le Royaume-Uni et la France à leurs partenaires européens. Profitant du sommet, ils ont imposé le sujet. Il sera discuté en fin de semaine prochaine par les ministres des Affaires étrangères :

“ Cela fait deux ans que le drame se produit. S’ajoutent les armes qui sont livrées par certains pays dont la Russie – parlons clairement – à Bachar el-Assad et son régime. A partir de là, nous devons tirer toutes nos conclusions et j’estime que l’Europe doit prendre cette décision dans les prochaines semaines “ , a déclaré François Hollande à l’issue du sommet de Bruxelles ce vendredi.

Réaction de l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov, au micro d’Euronews :

“ J’espère que ni Paris ni Londres ne considèrent la situation en Syrie comme une guerre par procuration à l’encontre de la Russie. Je peux dire que la Russie ne fournit pas d’armes en tant que telles à la Syrie et n’arme pas les forces syriennes. “

Quant à l’opposition syrienne, elle approuve l’impulsion franco-britannique, mais espère qu’il ne s’agit pas d’un effet d’annonce et appelle à un engagement dans la durée :

“ Il faudrait que ces livraisons d’armes soient maintenues jusqu‘à la victoire de l’opposition et qu’elles soient livrées uniquement à l’Armée syrienne libre sous l‘égide de l’opposition reconnue au niveau international “ , nous a confié Georges Chachan, membre du Conseil national syrien.

Reste à savoir si Paris et Londres sont prêts à faire cavaliers seuls. Car ils sont loin d’avoir convaincu des partenaires comme l’Allemagne ou le Luxembourg.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Mobilisation anti-austérité à deux pas du sommet européens