DERNIERE MINUTE

Premièrement une élection au résultat incertain et ensuite une dégradation de la note de crédit : l’Italie trouble les marchés et teste leur humeur à chaque émission de dette. Quel est leur degré de patience ? C’est la question.

Le Président de la Bundesbank Jens Weidman a dit que les réformes en cours en Italie ont été remises en question par les élections. Son message en direction du gouvernement français a été plus direct : “le rythme des réformes en France est en train de piétiner”, a affirmé Jens Weidman.

Le Royaume Uni semble déterminé à continuer sur la voie des réformes, notamment dans le secteur bancaire. George Osborne, le ministre britannique des finances envisage de contraindre les banques à cloisonner leurs activités de détails et celles d’investissement plus risquées. La commission parlementaire en charge de la préparation de cette réforme veut même aller plus loin.

Nous débattons de ces sujets avec Jonathan Ferro de Bloomberg, dans Business Weekly.