DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une marche en hommage aux victimes du "tueur au scooter", Mohamed Merah


France

Une marche en hommage aux victimes du "tueur au scooter", Mohamed Merah

Point d’orgue des commémorations entamées lundi 11 mars, 3 000 personnes ont participé dimanche à Toulouse, dans le sud de la France, à une marche blanche pour rendre hommage aux neuf victimes – sept tués et deux blessés graves -, il y a un an, de celui qu’on a surnommé le “tueur au scooter”, Mohamed Merah.

“Merah a-t-il agi seul ou était-il membre d’un réseau plus vaste ? a interrogé le président français François Hollande, au terme de la marche. La réponse est due aux familles, mais aussi à la France entière. Cette réponse leur sera donnée, je m’en porte garant.”

Car les zones d’ombre sont nombreuses sur les circonstances qui ont conduit ce jeune d’une banlieue de Toulouse à perpétrer ces assassinats, comme ceux de trois enfants de 4, 5 et 8 ans et d’un père de famille, devant et dans une école juive. Et les services de renseignement sont sur la sellette. Ils surveillaient Merah et l’avaient fiché. En l’interpellant, ils auraient pu, sinon empêcher tous les meurtres, du moins ceux commis à l‘école.

Les enquêteurs pensent que le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, mis en examen notamment pour “complicités d’assassinat”, a la réponse à ces questions. Mais l’intéressé nie tout lien avec l’affaire. Et les accusations pesant sur ce membre de la mouvance islamiste radicale toulousaine sont fragiles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Alimentation des bébés : attention aux boissons végétales