DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rencontre avec la soeur du Pape François


Argentine

Rencontre avec la soeur du Pape François

Maria Elena Bergoglio, 65 ans, vit à 40km du centre de Buenos Aires, dans un petit quartier modeste du nom de Moreno. Elle est la seule parente vivante du Pape François, sa seule soeur encore en vie sur les cinq de la fratrie. Depuis l‘élection de son frère au Saint-Siège, les médias défilent chez elle. L’envoyé spécial d’Euronews en Argentine l’a rencontré. Elle nous explique qui est Jorge Mario Bergoglio dans sa jeunesse.

Euronews: Quelle relation aviez-vous avec votre frère? Etiez-vous proches?

M. A. Bergoglio: Mon frère a 10 ans de plus que mois donc je ne peux pas dire grand chose de son comportement à la maison. Mais je sais qu’il a toujours été très gentil, très protecteur. C’est l’image que j’ai de lui.

Euronews: Pouvez-vous me dire s’il avait une femme dans sa vie avant qu’il entre dans les ordres?

M. A. Bergoglio: Dans son livre, “Le jésuite”, il raconte sa propre expérience lorsqu’il a dû faire un choix. C‘était un jeune homme normal et il a dû choisir entre l’amour d’une femme et l’amour de Dieu. Il était amoureux d’une jeune fille du groupe de la paroisse et apparemment, elle aussi était amoureuse de lui. Et un 21 septembre, le groupe est sorti fêter le jour du printemps. Lui, avant de rejoindre les autres, est entré dans l‘église pour saluer la vierge et il a dit qu’il avait senti quelque chose. Il est resté discuter avec le curé et il n’a plus jamais parlé avec la fille. C’est comme cela que s’est décidé son destin.

Euronews: Justement, d’où lui vient cette vocation? Vous qui êtes sa soeur, comment avez-vous reçu ce projet de vie?

M. A. Bergoglio: Je pense que c’est l‘éducation qu’on nous a donnée à la maison. Papa et maman nous ont fait embrasser la foi depuis le berceau. Nous avons grandi avec elle. De toute manière, la vocation religieuse, c’est un appel. Et il est probable que la base religieuse que nous avons reçue lui a permis de mieux appréhender cet appel.

Euronews: Quel commentaire faites-vous à propos des rumeurs comme quoi votre frère aurait été proche de la dictature en Argentine?

M. A. Bergoglio: Je sais parfaitement que mon frère n’a pas collaboré avec la dictature, c’est tout le contraire. Qu’ils parlent! La calomnie et tous ces genres de choses détruisent et nous, nous devons construire. Si l’on se concentre seulement sur cette question , on collabore à la destruction! Alors, allons de l’avant. A un moment ou à un autre, Dieu dira la vérité sur ce qui s’est passé ou non.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Barack Obama très attendu en Israël