DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les banques au coeur d'une crise de confiance

Vous lisez:

Les banques au coeur d'une crise de confiance

Taille du texte Aa Aa

“A qui confiez-vous votre argent? Avant le week-end dernier, vous auriez sans doute répondu “à ma banque”. Mais le plan de sauvetage chypriote créé un précédent. En temps de crise, pour beaucoup, l’argent n’est plus en sécurité. Les Chypriotes ont voté contre une confiscation de leur argent. La confiance entre les épargnants et leurs banquiers semblent à nouveau mise à mal. Comment les banques européennes vont-elles réagir ?”

C’est la question que notre correspondant à Bruxelles a posé aux principaux concernés lors d’une réunion de la Fédération européenne des banques

Pour Thierry Philipponnat, Secrétaire général de Finance Watch, la disposition sur la garantie des dépôts doit être respectée : “Nous avons un principe de garanties des dépôts en Europe, et décider de ne pas respecter ce principe, c’est un choix terrible. Pourquoi est-ce terrible ? C’est terrible parce que, comme dans tout système juridique, si l’on ne respecte pas nos propres règles, la confiance disparaît.”

Selon, Christian Clausen, Président de la Fédération européenne des banques et Directeur général du groupe Nordea, “le secteur bancaire européen a aujoud’hui deux fois plus de capitaux qu’il n’avait avant la crise.” Pour lui, ce secteur est “plus solide aujourd’hui, et il le sera encore davantage à l’avenir. Les épargnants peuvent être absolument certains que leur argent est en sécurité.”

S’agissant de la relation de confiance, pour Pat McArdle, Directeur de la Commission des Affaires économiques et monétaires à la Fédération européenne des banques, “les banques font de leur mieux pour restaurer la confiance et elles devront continuer. C’est une relation économique entre deux parties et la confiance doit être à la base de cette relation. C’est un processus qui va prendre du temps mais auquel il va falloir travailler.”

Les banques chypriotes restent fermées pour le moment. Pendant ce temps là, les autorités à Nicosie réfléchissent à un plan B pour éviter la mort du système financier chypriote.