DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sauvetage de Chypre : la tentation russe


Russie

Sauvetage de Chypre : la tentation russe

La détresse financière de Nicosie discutée à Moscou ce mercredi… Et voilà que des relents de guerre froide émanent du dossier chypriote.

La Chancelière allemande a d’ores et déjà prévenu : si Chypre se vend aux russes, elle sortira de la zone euro.

Mais Nicosie a-t-elle vraiment le choix ?

Maintenant que le plan de sauvetage européen a été rejeté par son parlement, si Chypre veut éviter la faillite, elle se doit de trouver une alternative, européenne ou autre. Pour les Russes qui vivent à Chypre, il n’y a pas à hésiter.

“Chypre doit se montrer plus prudente, commente un ràsident russe de Chypre. L’Union européenne n’est pas aussi fiable financièrement que la Russie vis à vis de Chypre. Je vis ici depuis longtemps, et je sais qu’il y a beaucoup, beaucoup de Russes ici.”

En effet, ils sont nombreux. Certaines villes de l‘île, comme Limassol, ont même été littéralement “colonisées” : on y trouve des magasins, des banques, et même des écoles russes. Des Russes en colère contre la solution proposée par l’Union européenne. A elle seule, leur communauté pourrait perdre entre 2 et 3 milliards d’euros en taxes.

“Notre pays, c’est Chypre, enfin, on croyait que c‘était notre pays, s’insurge, amère, une commerçante russe. Je vis ici depuis 16 ans. Mais ce pays nous a trompés, il a volé notre argent, oui, il l’a simplement volé ! Ce n‘était pas l’argent de ce pays, nous l’avons apporté avec nous, nous ne l’avons pas gagné ici !”

Chypre est la première destination des capitaux russes à l‘étranger. Ceux-ci représenteraient près de 43 milliards d’euros, dont 27 milliards relèveraient de transferts illégaux.

La manne russe, c’est un tiers des placements étrangers à Chypre. Mais cet argent est bien souvent réinvesti au pays. Ainsi 20% des investissements étrangers en Russie viennent de Chypre.

Pour Zsolt Darvas, chercheur à l’Institut Bruegel, l’Union européenne va devoir jouer serré. Car Moscou aurait beaucoup à gagner à sauver Chypre. “La question clé, explique-t-il, c’est comment répartir les pertes. La Russie serait capable de les absorber et pourrait gagner en influence, politique et économique, notamment en mettant la main sur les champs gaziers récemment découverts à Chypre.”

Et c’est bien là la “monnaie d‘échange” proposée par Moscou : le sauvetage de Chypre contre l’exploitation par la Russie des immenses réserves gazières au large de l‘île. Un gisement baptisé Léviathan, situé entre les côtes israéliennes, libanaises et chypriotes, et disputé par la Turquie… Une bombe géopolitique à retardement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un parti d'extrême-gauche revendique le double-attentat d'Ankara