DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Obama, le conflit israélo-palestinien et sa visite


Israël

Obama, le conflit israélo-palestinien et sa visite

C’est à un exercice d‘équilibriste qu’a tenté de se livrer Barack Obama concernant le conflit israélo-palestinien lors de sa première visite en Israël et en Cisjordanie. Mais le contraste entre l’accueil chaleureux dans l’Etat hébreu, et celui plus glacial dans le territoire palestinien jette une ombre sur son séjour.
“Alors que je commence mon deuxième mandat en tant que président, Israël est le premier arrêt dans mon premier voyage à l’étranger, déclarait le chef de la Maison blanche juste après son arrivée. Ce n’est pas un hasard. Dans cette région, les vents du changement apportent à la fois promesses et périls. Donc, je vois cette visite comme une occasion de réaffirmer les liens indestructibles entre nos deux pays, de réitérer
l’engagement indéfectible de l’Amérique envers la sécurité d’Israël, et de parler directement au peuple d’Israël et à vos voisins.”
Dans ce premier discours, le mot “palestinien ne sera même pas prononcé une seule fois. D’ailleurs, le président américain n’est venu avec aucune proposition concrète pour relancer le processus de paix israélo-palestinien au point mort depuis 2010. C’est une “visite de touriste”, “mal conçue et à contre-temps”, déploreront certains parmi des journalistes et experts.
“C’est une “opération de relations publiques, après le discours du Caire de 2009” et après les “tensions entre Obama et Netanyahu”, expliqueront d’autres analystes.
Alors que des médias affirment que les deux hommes ne s’aiment pas, à l’arrivée d’Obama à Tel-Aviv, l’atmosphère semblait détendue.

Le lendemain, le Président évoquera avec plus d’insistance le conflit israélo-palestinien, notamment lors de son discours face aux étudiants à Jérusalem. “Les Israéliens doivent reconnaître que la poursuite de l’activité de colonisation est contre-productive pour la paix et qu’une Palestine indépendante est viable, que de vraies frontières doivent être tracées”,
A Ramallah en Cisjordanie, le président américain a estimé que cette question des colonies devrait être réglée lors de pourparlers de paix, alors que les Palestiniens exigent un gel de la construction dans les colonies pour reprendre les discussions. “La question principale maintenant est de savoir comment nous obtenons la souveraineté pour les Palestiniens et la sécurité pour les Israéliens,” a-t-il déclaré après presque deux heures d’entretien avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Cela ne veut pas dire que les colonies ne sont pas importantes. Cela veut dire que si nous résolvons ces deux problèmes, la question des colonies sera réglée “.

A Ramallah, des Palestiniens ont affiché leur colère: le président américain qui les a décus n‘était pas le bienvenu.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Décès de l'écrivain nigérian Chenua Achebe