DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chypre : plus que quelques heures pour éviter la faillite


Chypre

Chypre : plus que quelques heures pour éviter la faillite

Affichant il y a quelques heures encore son optimisme, le gouvernment chypriote parle désormais de négociations très délicates. Le président Nicos Anastasiades doit s’envoler ce matin pour Bruxelles pour négocier les termes du plan de sauvetage de l‘île.

La tension a largement débordé du côté du Parlement samedi après-midi, devant lequel des centaines d’employés de banque ont manifesté. Ils menacent de faire grève mardi, jour de réouverture des banques, s’ils n’ont pas de garanties sur leur avenir.

Vendredi, une première série de mesures a été adoptée. Il est question de restructurer deux grandes banques chypriotes, Bank of Cyprus et Popular Bank, mais aussi d’une taxe sur les dépôts bancaires supérieurs à 100 000 euros, et dont le taux oscille encore.

Tensions également dans les supermarchés où se sont rués les consommateurs :

“ Nous avons enregistré une hausse des ventes de 30%, explique Stratos Hadjichri Stofiou, gérant d’une grande surface, en raison de l’anxiété des gens. Ils se sont dit que la nourriture pourrait venir à manquer. Et vous voyez, les cadies sont plus remplis que d’habitude.”

Chypre doit mettre sur la table près de six milliards d’euros pour bénéficier du plan de sauvetage européen et éviter la faillite,
et ce, avant la réunion des ministres des Finances de l’eurozone, dimanche soir.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Royaume-Uni : la mort mystérieuse de Boris Berezovski