DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chypre : toujours pas d'accord à Bruxelles sur le plan de sauvetage

Vous lisez:

Chypre : toujours pas d'accord à Bruxelles sur le plan de sauvetage

Taille du texte Aa Aa

A Bruxelles, le président chypriote Nicos Anastasiades s’entretient depuis ce dimanche après-midi avec les représentants de la troïka, Commission européenne, Banque centrale européenne et FMI. “Nous faisons le maximum pour Chypres” a-t-il indiqué sur son compte Twitter.
Mais au fil des négociations, le ton est monté, “vous voulez me forcer à démissioner”, aurait-t-il lancé, excédé par les contreparties exigées au plan de sauvetage de l’ile, évalué à 10 milliards d’euros.

Ces tractations à rallonge ont conduit les ministres des Finances de l’eurozone à reporter leur réunion.

Devant les locaux de la Commission européenne, quelques 500 membres du Parti communiste chypriote Akel, ont protesté contre les mesures draconiennes imposées par Bruxelles.

“Vue la situation, s’ils ne veulent pas de nous, ils feraient mieux de nous dire de rentrer chez nous, et d’arrêter ce qu’ils appellent l’Europe, ça suffit” s’emporte l’un d’eux, Panikos Anastasiou.

“Personne, parmi nous, n’acceptera qu’ils décident en une nuit de détruire un pays, juste pour leur intérets politiques”, renchérit un autre, Giorgos Perikleous.

“L’heure de vérité approche pour Chypre et l’eurozone, tandis que l’UE continue d’envisager tous les scénarios, commente notre correspondante à Bruxelles Efthymia Koutsokosta.
Nicosie se livre à une course contre la montre, l’ultimatum de la BCE expire ce lundi, et sans accord d’ici là, elle pourrait couper les vivres aux banques chypriotes, ce qui provoquerait la faillite du pays.”