DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Boris Berezovski : de la toute puissance à l'exil

Vous lisez:

Boris Berezovski : de la toute puissance à l'exil

Taille du texte Aa Aa

Il s‘était exilé pour échapper à la justice russe qui l’avait dans le collimateur, et vivait entre Londres et le sud de la France depuis 2000. Selon sa dernière interview parue dans Forbes, il était déprimé et souhaitait plus que tout rentrer dans son pays. Boris Berezovski avait tout perdu ou presque. Il était passé d‘éminence grise du Kremlin, homme d’affaire ultra-puissant et influent, à exilé ruiné, opposant farouche de Vladimir Poutine mais sans grande influence.

Au départ mathématicien, il se lance dans les affaires au début des années 90, à la faveur de la Perestroïka et de sa vague de privatisations. Il fait vite fortune et devient un proche de Boris Eltsine.

James Nixey, Royal institute of international affairs : “Boris Berezovski est l’archétype de l’oligarque russe. Il fut l’un des plus riches ; il a fait fortune dans les voitures, les métaux et le pétrole. Il a su sortir du lot, et devenir l’un des hommes d’affaires les plus influents. La politique et les affaires sont très liées en Russie ; elles le sont maintenant, elles l‘étaient dans les années 90, il a eu de l’influence sur le président Elstine.”

Avant les élections de 96, face à la montée des communistes, Berezovski réunit avec d’autres oligarques une somme conséquente pour offrir à Elstine une campagne tonitruante, qui lui permettra de remporter les élections.

Dès lors, il est de plus en plus influent. Il entre dans le cercle intime de Elsine, devient secrétaire adjoint du Conseil de sécurité de Russie, puis secrétaire exécutif de la CEI, et même député. Il met son art de l’intrigue au service du gouvernement, notamment lors des négociations avec les indépendantistes tchétchènes

A la fin des années 90, le règne de Elstine s’achève, Berezovski aide un nouveau venu à percer. Un certain Vladimir Poutine dont il espère obtenir les mêmes faveurs. Mais l’arrivée au pouvoir de Poutine sonne le glas de ses ambitions.

James Nixey : “Poutine n‘était pas Elstine. Eltsine c‘était un homme beaucoup plus faible, et quand Poutine est arrivé, il a trouvé que les oligarques avaient trop de pouvoir et Berezovski a été mis à l‘écart. Il en a fait un exemple.”

De son exil, il rêve de renverser celui qu’il qualifie de “dictateur typique”. Toujours poursuivi par la justice, pour fraude fiscale notamment, la chance le quitte. En août 2012 il perd un procès contre un autre homme d’affaire russe, Roman Abramovich. Le jugement achève de le ruiner.

Des fortunes suspectes des oligarques aux assassinats jamais élucidés, avec lui, c’est tout un pan de l’histoire trouble de la Russie qui disparaît.