DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corée du Nord : bruit de bottes

Vous lisez:

Corée du Nord : bruit de bottes

Taille du texte Aa Aa

La Corée du Nord a placé son artillerie et ses unités stratégiques de missiles longue portée, en ordre de combat.
Ces unités doivent se tenir prètes à “attaquer toutes les bases militaires américaines dans la région Asie-Pacifique, y compris sur le continent nord-américain, Hawaî et Guam, ainsi qu’en Corée du Sud”.

Le communiqué du commandement nord-coréen fait monter d’un cran la réthorique belliqueuse de Pyongyang qui mène une guerre de propagande contre les Etats-Unis. Comme cette vidéo de destruction de la Maison Blanche et du Capitole par la simulation d’une bombe nucléaire nord-coréenne.

Seulement une menace : car Pyongyang n’a pas la technique requise pour lancer un missile intercontinental capable de frapper les USA. Hawaï et Guam sont également considérées hors de portée, en revanche les bases au Japon et en Corée du Sud pourraient être atteintes par des missiles de moyenne portée.

Ce vendredi, les Etats Unis et la Corée du Sud ont renforcé leur pacte de coopération militaire. Il prévoit un soutien accru des Américains a Séoul en cas de provocation, même mineure, de la part de Pyongyang. Cela a enflammé encore un peu plus les Nord-coréens, qui avaient déjà menacé de s’en prendre aux bases américaines au Japon et à Guam en riposte aux vols de bombardiers B-52 au dessus de la péninsule coréenne dans le cadre d’exercives militaires conjoints.

La tension ne cesse de monter depuis le tir de fusée réussi par Pyongyang le 12 décembre dernier. Celui-ci a été assimilé par les sud-coréens à un missile balistique, même si pour Pyongyang il s’agissait de mettre un satellite en orbite…

Après le test nucléaire du 12 février, le troisième de Pyongyang, les sanctions de l’ONU ont été renforcées, mais cela ne semble pas perturber le régime communiste.

Pak Kwang Ho. North Korean Supreme Court:
“Depuis la guerre de Corée, nous vivons sous les sanctions et la pression. Qu’ils continuent s’ils le veulent. Franchement, notre tir de satellite et notre test nucléaire sont le résultat de notre propre technologie, de notre force, et de nos propres ressources. Nous ne sommes pas inquiets.”

Selon ce témoin exilé nord-coréen, qui parle sous couvert d’anonymat car il a laisse femme et enfants au pays, les sanctions ne feront pas fléchir le régime, car elles n’agraveront pas guère plus la situation d’un peuple déjà au bord de la famine.