DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

ONG et Alliances Françaises : "agents de l'étranger" en Russie ?


Russie

ONG et Alliances Françaises : "agents de l'étranger" en Russie ?

Les ONG dans le viseur des autorités russes à Moscou.
Plusieurs organisations ont été à nouveau contrôlées, ce mercredi, à l’instar de Human Rights Watch ou de Transparency International.

Une centaine d’ONG ou d’instituts culturels, comme les Alliances Françaises, ont reçu la visite de ces inspecteurs, depuis le début de l’année, dans le cadre d’une campagne de vérification voulue par le Kremlin.

“C’est malheureux. Cela relève d’une vision politique étriquée et injuste. Mettre la pression sur des organisations anti-corruption, c’est prouver que cette campagne de vérifications est biaisée”, estime Elena Panfilova, directrice de Transparency International en Russie.

Depuis fin 2012, une loi oblige les ONG financées par des fonds extérieurs à se déclarer comme “agents de l‘étranger” : une formule qui était appliquée sous Staline aux “ennemis du peuple”. De nombreuses ONG refusent donc de s’y plier.

“Ce sont indubitablement des mesures d’intimidation exercées sur la société civile. Il n’y a pas de réel objectif derrière tout cela, parce que ces vérifications sont lancées en masse. Ici, personne n’a été informé de quoi que ce soit. Nous ne travaillons pas contre notre gouvernement, mais j’ai peur que notre gouvernement travaille contre notre peuple”, ajoute Svetlana Gannushkina, co-fondatrice de Civic Assistance.

Paris, Berlin et Bruxelles ont fait part de leur inquiétude.
En février dernier, Vladimir Poutine avait expliqué que ces mesures visaient à réduire les risques de perturbation en Russie de la part de structures financées par l‘étranger, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chypre : les virements à l'étranger seront limités à 5000 euros selon la presse locale