DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corée du nord : le parc industriel de Kaesong fonctionne toujours


Corée

Corée du nord : le parc industriel de Kaesong fonctionne toujours

Sur fond de surenchère belliqueuse, la Corée du nord a suspendu hier son dernier lien téléphonique avec le Sud, mais pour l’instant ses usines à la frontière restent ouvertes.

Le complexe de Kaesong a fonctionné normalement ce jeudi. Près de 200 Sud-Coréens ont pu s’y rendre. Cette troisième ligne est utilisée chaque jour par les armées du nord et du sud, pour réguler l’accès au parc industriel et sa suspension faisait craindre l’arrêt des activités du site, l’une des rares sources de devises pour le nord. Un système de communication civil a été mis en place pour gèrer les entrées et les sorties. Mais les Sud-Coréens sont inquiets:

«Je suis un peu nerveux, mais quand j’y suis allé hier, c‘était comme avant” dit cet homme. «Les ouvriers entrent, mais à mon avis, ajoute cet autre Sud-Coréen, le troisième essai nucléaire a été un tournant. Je ne suis pas tranquille quand j’y suis.”

Plus de 160 véhicules transportant du pétrole et des matériaux ont aussi pu entrer sur le site, situé à une dizaine de km de la frontière.

Difficile d’imaginer fermer Kaesong, qui génère plus d’un milliard et demi d’euros par an, de quoi réduire la dépendance de la Chine.
50.000 Nord-Coréens y travaillent, et ce qu’ils gagnent, plus de 62 millions d’euros, va directement dans les caisses de l‘État.

Ouvert en 2004, et géré conjointement par les deux Corées, Kaesong était censé symboliser la réconciliation des frères ennemis, et a toujours fonctionné, malgré les crises répétées. 123 entreprises sud-coréennes, principalement du secteur manufacturier y sont basées. Un mélange de l’expertise sud -coréenne et de la gestion nord-coréenne d’un main-d’oeuvre nombreuse et bon marché.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Birmanie : Aung San Suu Kyi jette le trouble