DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grossesse à vendre


insiders

Grossesse à vendre

En partenariat avec

En Ukraine, des femmes acceptent moyennant rémunération de porter les futurs bébés de couples qui ne peuvent pas en avoir. La gestation pour autrui (GPA) étant interdite dans la plupart des pays de l’Union, ce pays – qui l’autorise – est devenu une destination privilégiée pour les Européens en mal d’enfant. Reste que ces mères porteuses suscitent une forte polémique. Elles sont accusées par certains, de louer leur ventre pour de l’argent tandis que d’autres estiment que donner la vie est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à autrui.

Nous avons rencontré plusieurs Ukrainiennes qui n’hésitent pas à se mettre à la disposition d’hommes et de femmes désireux de devenir parents, mais aussi deux familles française et franco-belge qui ont eu recours à la GPA en Ukraine. Malgré les obstacles juridiques, ils ont réussi à rentrer dans leur pays avec leurs enfants, mais mènent un parcours du combattant pour leur obtenir la nationalité française ou belge.

Prochain article

insiders

La Lettonie se divise sur la perspective de l'euro