DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Inde: Le géant pharmaceutique Novartis débouté, victoire des génériques


Inde

Inde: Le géant pharmaceutique Novartis débouté, victoire des génériques

Les réactions se sont multipliées ce lundi en Inde après que La Cour suprême indienne a rejeté la demande de brevet déposée par la société pharmaceutique suisse Novartis.

Depuis 2006, le groupe bâlois réclamait de breveter la formule améliorée de son anticancéreux Glivec dans le but d’interdire la copie de son médicament par les fabricants de génériques indiens.

La bataille judiciaire aura duré sept ans… Mais pour le directeur général de Novartis Inde, le combat continue… “l‘écosystème en Inde pour encourager l’investissement n’est pas là a-t-il estimé lors d’une conférence de presse à bombay. Et d’ajouter que bien que déçu par la décision de la justice indienne, l’entreprise allait continuer à investir “prudemment” en Inde”.

Si cette décision apparaît comme un revers pour les sociétés pharmaceutiques occidentales qui tentent de gagner des parts sur le marché indien du médicament… Pour cette représentante de Médecins Sans Frontières, “elle est très importante… Huit millions de personnes séropositives sont sous traitement en Inde dit-elle et plus de 80% d’entre elles le sont via des médicamnets indiens. En protégeant la concurrence des génériques et des pratiques abusives des sociétés pharmaceutiques comme Novartis, la Cour suprême a donc préservé les droits des patients des pays en voie de développement’‘.

La Cour suprême indienne a estimé que la composition rénovée du Glivec, ne présentait pas suffisamment d’améliorations, et que son prix était par ailleurs beaucoup trop élevé pour une majorité de la population.

Le Glivec est ebn effet vendu 4000 dollars par patient et par mois, alors qu’en Inde l’actuelle version générique est disponible à moins de 73 dollars.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Mitrovica : pour quand la réunification ?