DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des horloges très atomiques


hi-tech

Des horloges très atomiques

En partenariat avec

Des montres, nos fidèles gardiennes du temps… pas si fidèles d’ailleurs parfois. Et certains de rêver à la montre parfaite et d’une précision absolue.

Claudio Rocco, Euronews :

“Les montres suisses sont renommées pour leur précision mais des scientifiques ici dans le centre de Neuchâtel sont en train de développer une horloge atomique miniature, qui intégrée dans une montre bracelet lui permettrait d’être si précise qu’elle ne perdrait qu’une seconde chaque 3000 ans”.

On appelle cela une horloge atomique, des chercheurs suisses l’ont développée au CSEM, le Centre Suisse d’électronique et microtechnique.

Elle mesure le temps avec précision grâce aux radiations émises par les atomes. On mesure en fait la fréquence émise par des atomes, de l’hydrogène par exemple, qui donne la référence du temps. Cette ancienne version d’horloge atomique qui date des années 90 avait la taille d’une machine à laver.
Dans cet ancien observatoire astronomique les chercheurs du CSEM travaillent sur la miniaturisation des horloges. Objectif gagner de la place bien sûr mais aussi de l’argent en faisant baisser les coûts de production et de l‘énergie pour les faire fonctionner.

Steve Lecomte, CSEM :

“Vous voyez ici le cœur d’une ancienne horloge atomique. Et puis, sur cette table, vous voyez les évolutions dans la miniaturisation des horloges. Le cœur a toujours été plus petit pour finir aujourd’hui dans des dimensions qui sont à peu près du millimètre. Ici on voit le circuit intégré qui pilote toute l’horloge atomique miniature. Ce circuit fait 2 millimètre de côté. La miniaturisation est utile pour pouvoir mettre des horloges atomique dans toujours plus d’instruments et de dispositifs portables. L’objectif du CSEM est d’aller vers la miniaturisation ultime pour intégrer une horloge atomique dans une montre bracelet.”
On construit les horloges atomiques dans une salle blanche. Il faut d’abord produire une plaque de cellules contenant le cœur de 3 000 horloges.
Les chercheurs espèrent non seulement installer ces horloges dans des appareils électroniques à destination du grand public mais ils pensent aussi à des applications scientifiques comme vérifier la théorie de la relativité d’Einstein.

Jacques Haesler, CSEM :

“On voit ici le prototype d’une horloge atomique, on voit ici la partie électronique, donc qui contrôle l’horloge. Et on voit ici la partie physique avec sur le top une cellule atomique qui contient les atomes et qui fait 4 millimètre de côté. Si on met une horloge atomique dans un smartphone qui a un receveur GPS par exemple, on a une base de fréquence dans le receveur GPS ce qui permet d’avoir une synchronisation plus rapide avec les satellites de géo localisation et donc avoir une géo localisation plus efficace.”

Claudio Rocco, Euronews :

“Mais pour une montre normale comme cette montre bracelet, que va-t-il se passer quand elle comportera une horloge atomique ?”

Jacques Haesler, CSEM :

“Actuellement dans un montre bracelet, vous devez la remettre à l’heure de temps en temps, disons tout les jours, ou toutes les semaines. Avec une horloge atomique dans une montre, il ne faudrait théoriquement la remettre à l’heure qu’une fois tout les 3000 ans, pour autant qu’on ait une batterie qui dure 3000 ans.”
Voire une vie qui dure 3000 ans. Aujourd’hui les meilleures horloges atomiques perdent ou gagne, une seconde chaque milliard d’années. Certaines sont alimentées par ce tout petit moteur.

Prochain article

hi-tech

Turin : des drones pour la police