DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Négociations entre Serbes et Kosovars pour un normalisation des relations


monde

Négociations entre Serbes et Kosovars pour un normalisation des relations

Le Premier ministre kosovar Hashim Thaçi et son homologue serbe Ivica Dacic se retrouvent ce mardi à Bruxelles sous l‘égide de l’Union européenne. Objectif : parvenir à un accord de normalisation de leurs relations, et notamment trouver une solution durable concernant le nord du Kosovo. La région est peuplée essentiellement de Serbes qui réclament une autonomie renforcée.
Les Kosovars craignent qu’une telle autonomie conduise à terme à une annexion de la région par la Serbie.

La ville de Mitrovica est le symbole des divisions communautaires entre Serbes et Albano-kosovars. La population d’origine serbe refuse toujours catégoriquement la souveraineté du Kosovo. “On ne fait pas partie du Kosovo, on fait partie de la Serbie, assure Tomislav Kostic, résident d’origine serbe. On n’a aucun compte à rendre aux autorités de Pristina. On ne dépend que de la Serbie. Un point, c’est tout”.

Dans ce dossier très sensible, la Serbie réclame la création d’une association de municipalités du nord du Kosovo avec des pouvoirs élargis. La population albano-kosovar voit cela d’un mauvais oeil. “Si les Serbes veulent obtenir leur autonomie ici, dit Adem Mripa, albanophone, alors il faut qu’ils acceptent d’accorder de l’autonomie aux populations minoritaires en Serbie, que ce soit les minorités albanaises, hongroises ou bosniaques”.

Pour inciter les deux ennemis à s’entendre, Bruxelles use de la politique de la carotte. En cas d’accord, Belgrade obtiendra l’ouverture de négociations d’adhésion en juin. Pour le Kosovo, un accord permettra de se rapprocher un peu plus de l’Union européenne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pakistan : une centrale électrique visée par un attentat