DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Venezuela: la bataille pour l'après-Chávez est lancée


Venezuela

Venezuela: la bataille pour l'après-Chávez est lancée

La campagne électorale démarre officiellement au Venezuela pour élire le 14 avril le successeur d’Hugo Chávez. La figure de l’ancien président domine le combat politique, qui de facto avait commencé le jour-même de son décès, le 5 mars dernier.

Son image est omniprésente et son charisme plus fort que jamais au point que ses partisans ont construit une mythologie religieuse autour de lui : “C’est vrai, c’est vrai, Chávez est notre Christ, notre Saint, il est tout pour nous” s’exclame une habitante de Caracas.

Son successeur et candidat à la présidentielle, Nicolás Maduro, entretient sans retenue un culte de la personnalité aux proportions bibliques autour d’Hugo Chávez : “La fenêtre du palais Miraflores est exactement en face de là où repose Chavez dit-il. Imaginez, les personnes qui seront en charge de ce pays les 500 prochaines années, elles seront surveillées tous les jours par Chávez .”

Devancé dans les sondages de 10 à 20 points, le candidat de l’opposition, Henrique Capriles, ne renonce pas à la bataille. Il considère Maduro comme une “mauvaise copie” de Chávez et tente de recentrer le débat politique : “Il s’agit de vaincre les problèmes, de vaincre la violence, l’inflation, la pauvreté, le chômage, de vaincre les problèmes de la dévaluation. Voilà ce que nous devons vaincre.”

Car quiconque gagnera la présidence aura à faire face aux grands problèmes qui rendent très difficile la vie des Vénézuéliens, dont la pénurie de certains produits de base, comme l’explique cet habitant de Caracas : “Il manque de sucre, de lait, de poulet, de pain, de farine, et de viande.”

L’insécurité est aussi un problème très grave. Personne n’ose sortir à la nuit tombée, le taux d’homicide n’a cessé de croître en 14 années de “chavisme”. A cela s’ajoute le délabrement des immeubles, dont beaucoup sont inhabitables même dans les beaux quartiers de Caracas, et la saleté se répand un peu partout dans les rues de la capitale.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pakistan : une centrale électrique visée par un attentat