DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les aveux de Jérôme Cahuzac agitent fortement la classe politique française

Vous lisez:

Les aveux de Jérôme Cahuzac agitent fortement la classe politique française

Taille du texte Aa Aa

Les aveux de Jérôme Cahuzac concernant la détention d’un compte à l’étranger ont sonné comme un coup de tonnerre en France. Depuis, les réactions se sont multipliées. Droit dans ses bottes, l’ex-ministre français du Budget avait toujours clamé son innocence. Pour la majorité, c’est donc un véritable séisme.

“Jérôme Cahuzac a menti. Il a menti au Président de la République, au Premier Ministre. Un homme politique doit être irréprochable plus que tout autre citoyen. Il doit faire preuve d’exemplarité et il doit d’abord respecter la loi”, a réagit le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

Indignation à gauche et soupçons dans l’opposition. Elle suscpecte le Président français et son gouvernement d’avoir couvert les mensonges de Jérôme Cahuzac.

“Le doute est dans tous les esprits. Il est bien difficile d’imaginer que François Hollande n’ait jamais été informé de rien, alors que Jérome Cahuzac était son ministre du Budget et qu’ils ont eu à l‘évidence de nombreuses explications sur ces sujets”, a déclaré Jean-François Copé, Président de l’UMP.

Pour le patron fondateur de Mediapart qui a révélé l’affaire, plutôt que d’accabler Jérôme Cahuzac, il est nécessaire de s’interroger sur ce qui s’est passé ces quatre derniers mois.

“Je pense que c’est un séisme démocratique dont nous ne mesurons pas toutes les conséquences qui ébranle cette olligarchie, au croisement de la puissance politique et de l’intérêt économique, financier, personnel, qui s’est crue propriétaire de la république, qui a cru être au-dessus des lois et qui aujourd’hui s’aperçoit que les lois s’appliquent à elle aussi. Là où la démocratie française est un mauvais élève, c’est qu’en l’occurrence, il a fallu quatre mois, quatre mois d’entêtement d’un petit journal indépendant comme Mediapart pour que cette histoire perce un mur du déni, du mensonge et cela ce n’est pas normal”, a analysé Edwy Plenel.