DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Manchester, punks et gothiques sont protégés contre les "crimes de haine"


Royaume-Uni

A Manchester, punks et gothiques sont protégés contre les "crimes de haine"

C’est la première fois, en Grande-Bretagne, que la police prend officiellement la défense des jeunes punks, gothiques ou emos.
L’assassinat de Sophie Lancaster, 20 ans, en 2007, a beaucoup contribué à la prise de conscience des policiers de Manchester. C’est dans cette ville que la jeune gothique avait été battue à mort. “Depuis des années, nous dénonçons l’intolérance à l’encontre de nos communautés, dit une amie de la victime. Alors, que Manchester réprime désormais les crimes motivés par la haine, c’est fantastique !”

La police de Manchester promet d’enregistrer toutes les plaintes pour agression envers des punks, gothiques ou emos. “Si vous êtes victime d’un délit de haine, venez nous en parler, lance Garry Shewan, adjoint au commissaire, nous enquêterons et nous transmettrons le dossier à la justice”. “Notre démarche, explique aussi la police, vise à mieux comprendre les souffrances endurées à cause d’une simple apparence”. “Nos agresseurs nous montrent qu’ils sont armés, dit un jeune, et après ils nous pourchassent”. “Comme nous tous, j’ai été insultée dans la rue, témoigne une jeune fille, mais j’ai des amis qui ont été menacés et frappés”. Sur son site internet, la police de Manchester donne aussi maintenant des informations sur les agressions à l’encontre des cultures alternatives.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La communauté internationale préoccupée par les menaces de la Corée du Nord