DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire Cahuzac et une enquête mondiale sur les paradis fiscaux

Vous lisez:

L'affaire Cahuzac et une enquête mondiale sur les paradis fiscaux

Taille du texte Aa Aa

L’affaire Cahuzac et depuis hier, l’affaire Augier, sèment la tourmente sur la scène politique française. En visite hier au Maroc, le président François Hollande, a dû réagir aux révélations du journal Le Monde, selon lesquelles le trésorier de sa campagne en 2012 était actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans, un paradis fiscal. “Je ne connais rien de ces activités et si elles ne sont pas conformes la loi fiscale, je demande à l’administration de s’en emparer et de faire les rectifications si elles sont nécessaires”, a déclaré Hollande.

Ancien énarque, ex-inspecteur des finances, reconverti dans les affaires, Jean-Jacques Augier a assuré que le chef de l‘état n’avait rien à voir,” ni de près ni de loin” avec ses investissements.

Ces révélations, deux jours après les aveux de l’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac sur l’existence d’un compte à l‘étranger, émanent d’une longue enquête internationale sur les paradis fiscaux. Une enquête publiée par un réseau de 36 médias qui ont eu accès à 2,5 millions de documents sur 122000 sociétés off-shore.

Parmi les “milliers de détenteurs” d’intérêts dans des paradis fiscaux, figureraient des dentistes américains, des villageois grecs, des marchands d’armes et notamment des diamantaires belges.

Michael Hudson, Senior Editor ICIJ


“Le message principal c’est que le monde reste très secret. Il y a beaucoup d’ombre et tout le monde n’est pas lié à des affaires abominables. Mais quand des choses sont cachées, quand il y a un manque de transparence, quand il y a des systèmes aussi complexes, il devient très facile pour certains, ceux qui veulent frauder, ceux qui manigancent des systèmes de Ponzi, ceux qui cherchent à blanchir de l’argent sal, ceux qui souhaitent cacher l’argent de leur conjoint(e)s… Il est très facile pour eux de se sortir des mauvaises affaires quand il existe des secrets aussi blindés, protégés.”


Ce que nous avons découvert c’est que beaucoup de ces gens extra-riches utilisent ce système pour s’offrir un yacht, mais également pour se payer leur maison ainsi que leur trésor. Mais la chose qui m’a le plus surpris, c’est que beaucoup de ces personnes se servent de comptes Offshore dans le but de posséder une collection d’oeuvres d’art. Grâce à ces documents, on a trouvé des traces concernant la vente et l’achat de tableaux Van Gogh.”

Avec AFP