DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire Cahuzac, tour d'horizon des médias européens

Vous lisez:

L'affaire Cahuzac, tour d'horizon des médias européens

Taille du texte Aa Aa

En Espagne

Sale temps pour François Hollande! Le président français est historiquement au plus bas dans les sondages. Sa cote de popularité a encore dégringolé avec l’affaire Cahuzac, symbole de l‘échec de sa république exemplaire. Le point avec la TVE espagnole.

“Un outrage à la République”. Sur un ton dramatique, François Hollande réagit au premier scandale d’envergure qui touche son gouvernement. Devant les juges d’instruction, l’ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a reconnu avoir transféré un compte à Singapour contenant 600 000 euros. Inculpé pour blanchiment de fraude fiscale, il met fin à quatre mois de mensonges aux Français et au
Président de la République. Expulsé du Parti socialiste, les regards se tournent vers ceux qui était ses ministres de tutelle, le ministre de l’Economie des Finances, Pierre Moscovici et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Ceux-ci se disent indignés et nient toute sorte de protection, de complaisance ou d’entrave à la justice. Mais l’opposition n’a pas tardé à accuser Hollande d’ingénuité, s’il ne savait rien et de mensonges aux Français s’il était au courant.
“Ce séisme politique laisse le pays dans une très mauvaise posture, affirme le correspondante de la chaîne espagnole. Pour l‘été 2013 la République exemplaire, promise par François Hollande, l’incite à mettre en oeuvre une réforme du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM). Objectif? Lui donner une plus grande indépendance, lutter contre les conflits d’intérêts et interdire aux condamnés pour fraude et corruption d’exercer un mandat politique.”

En France

Comment un homme brillant et promu à un grand avenir a t-il pu tomber si bas, dans cette spirale du mensonge qui lui vaut aujourd’hui l’opprobe de tous? Voici le portrait de Jérôme Cahuzac au JT de France 2.

L’histoire rappelle celle de l’arroseur arrosé. Lorsque Jérome Cahuzac, tout juste élu député, apparaît pour la première fois à la télévision, il est questionné sur la vérité en politique. “Si les français n’attendent pas une vérité éternelle, en revanche ils réclament, et ils ont raison, un respect permanent, alors ce respect permanent ça ne passe pas par le respect d’une vérité éternelle , ça passe par une pratique de la vérité. Moi j’ai voulu rentrer en politique pour prouver qu’on peut faire de la politique en respectant les Français de façon permanente par une pratique de la vérité”, déclarait l’ancien ministre du Budget.
Avant cela, Jérôme Cahuzac était un chirurgien réputé. Qui pouvait s’imaginer que ce médecin à succès connaîtrait la fin de carrière politique que l’on sait ? En 1988, il entre au ministère de la Santé, comme conseiller technique chargé du médicament, auprès de Claude Evin. En parallèle, il fréquente les laboratoires pharmaceutiques et trois ans plus tard, il créé “Cahuzac conseil”, qui travaille auprès de ces mêmes laboratoires. Une activité lucrative que pointera une journaliste de sa circonscription du Lot-et-Garonne.

“Quand on le voit apparaître comme député , on découvre effectivement qu’il a une société de conseil aux entreprises et on voit bien que ce sont surtout des entreprises pharmaceutiques. Mais à l‘époque, ces choses-là, elles sont à resituer dans le contexte, c’est-à-dire qu’elles ne choquaient pas, elles ne choquaient pas du tout. On l’a publié et aucun procureur ne s’est bougé, ne s’est mobilisé et n’a fondu sur ce scoop pour dire, là, il y a quelque chose, et c’est cette même affaire qui, 20 ans après, apparaît comme la pierre d’un scandale”, explique cette dernière.

Une nouvelle vie dans le “Beau Paris”

Ensuite, il entame une autre vie, celle de chirurgien-esthétique spécialisé dans les implants capillaires dans un très chic arrondissement de Paris. Il y a quinze jours, le communiqué du procureur évoque des comptes en suisse alimentés par les laboratoires pharmaceutiques. En début de semaine dernière, Jérôme Cahuzac veut passer aux aveux. Il change d’avocat. Maître Jean Veil rencontre le juge Van Ruymbeke pour caler le rendez-vous du mardi 02 avril. En 1h20 d’audition, l’ex-ministre essaie de balayer quatre mois de mensonges. Ses proches dépeignent son état d’esprit.

“Je pense qu’il vit ses aveux comme un soulagement. Maintenant, il recommence à parler un peu plus naturellement . Et puis, je pense, qu’en ce moment, il essaie de se protéger un peu de tout ce qui se passe, de tout ce qui se dit”, explique l’un d’eux.
“Il faut que Jérôme, et c’est son épreuve , c’est sa vraie condamnation, arrive à se reconstruire différemment et apprenne à se tenir debout , effectivement en surmontant ce qui aura probablement été une grande fragilité personelle dans toute sa vie”, décrit un ami, député du Lot-et-Garonne.
Aujourd’hui débarassé du mensonge et libéré de la vie politique, Jérôme Cahuzac n’a plus qu‘à préparer sa défense.

En Suisse

L’enquête de la justice suisse a précipité les aveux de Jérôme Cahuzac. La TSR revient sur l’enquête effectuée à Genève et les révélations qu’elle a apportée sur ce fameux compte.

L’ancien ministre est passé aux aveux mais ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Cahuzac n’en est qu‘à ses débuts. L’enquête, menée depuis plusieurs semaines à la RTS, révèle, aujourd’hui, que l’homme chargé par Jérôme Cahuzac d’ouvrir un compte à l’UBS, n’est autre que l’actuel conseiller occulte de la présidente du Front National, Marine Le Pen. Philippe Péninque, un homme de l’ombre et ami de longue date du ministre démissionaire. A 60 ans, cet ancien leader du mouvement étudiant d’extrême-droite , le GUD, est un ex-avocat d’affaires, spécialisé dans les montages fiscaux.
En 1992, Philippe Péninque prête son nom à Jérôme Cahuzac pour l’ouverture de son compte à l’UBS de Genève. Un compte inscrit en nom propre, en 1993, à Genève toujours via la société financière Reyl et cie. Jérôme Cahuzac devait être le fer de lance contre la fraude fiscale, notamment vers la Suisse. Ironie du sort, il est devenu la première victime directe des nouvelles règles de collaboration en matière d‘évasion fiscale, entrée en vigueur en 2010.
C’est donc avant le 31 décembre 2009 que que le compte de Jérôme Cahuzac a été transféré vers Singapour, selon notre information au sein de la banque Julius Baer, mais toujours sous gestion de Reyl et cie. Là-dessus, le procureur genèvois, en charge de l’enquête depuis le 21 mars, sur une demande du Parquet de Paris, lancée le 19 mars, reste évasif. “Il y a deux établissements bancaires qui sont concernés , Monsieur Cahuzac n’a eu qu’un seul compte à Genève”, a déclaré le procureur. Le ministère public a fait savoir que Jerome Cahuzac a accepté la transmission rapide des documents retrouvés à UBS et à la banque Reyl le concernant.

“Il aurait pu faire le choix de s’opposer à cette requête d’entraide et exercer eventuellement des recours ainsi que la loi et les traités le lui permettent”, explique l’avocat de Jérôme Cahuzac, à Genève.

Techniquement, l’enquête Cahuzac en Suisse s’achève mais elle pourrait ouvrir la voie à de nouvelles demandes françaises si le juge Van Ruymbeke soupçonnait d’autres personnalités d’avoir utilisé les discrets services de la banque Reyl.

En Italie

Et comme si ce scandale ne suffisait pas, en voici un autre, hasard du calendrier ou non, qui a été révélé cette semaine. Connu sous le nom de “Offshoreleaks”, il implique un autre proche de François Hollande. Explications Rai Uno, à la télévision italienne.

L’archipel des Iles Caïmans, ses eaux cristallines et ses banques offshore, loin des jeux indiscrets. Jusqu‘à aujourd’hui. Le Monde et 38 autres médias étrangers, dont L’Espresso en Italie, publient les noms de centaines de titulaires de comptes détenus secrets. Parmi les 200 italiens, Gaetano Terrine, expert-comptable de l’ancien ministre Giulio Tremonti et Fabio Ghioni, hacker du scandale Telecom.
Parmi les francais, on trouve Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne électorale de François Hollande en 2012. En quelques heures, deux proches du président francais sont ainsi accusés de posséder des comptes ou des sociétés dans des paradis fiscaux.
A l’extrême-droite, Marine Le Pen a demandé la dissolution de l’Assemblée nationale. Mais le scandale va désormais au-delà des frontières françaises. Il implique des grandes banques suisses, parmi lesquelles UBS. Elles auraient travaillé d’arrache-pied pour offrir à leur clients des societés offshore dans des paradis fiscaux. Les îles Caîmans, un paradis pour le tourisme dont l’enquête actuelle pourrait être le point de départ d’un des plus grands coups durs portés à l‘économie mondiale.