DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le régime nord-coréen de Kim Jong-Un continue d'annoncer le pire

Vous lisez:

Le régime nord-coréen de Kim Jong-Un continue d'annoncer le pire

Taille du texte Aa Aa

Une vidéo propagande, diffusée par la Corée du Nord, rappelle les périodes les plus sombres de l’Histoire. Le dirigeant Kim Jong-Un est mis en scène comme un chef de guerre. Plus inquiétant, il prend aussi de réelles décisions. Selon une source gouvernementale sud-coréenne, deux missiles de moyenne portée ont été placés par la Corée du Nord sur la côte de la mer du Japon.

“Kim Jong-Un représente la troisième génération d’une dynastie, explique Mike Magan, ancien conseiller politique américain, et il doit encore asseoir son pouvoir. Il ne faut pas oublier que la question, soulevée actuellement par la Corée du Nord, est le grand danger de la prolifération de la technologie et des armes nucléaires”. La portée des missiles, installés par le régime nord-coréen, pourrait mettre en danger l’ensemble de la Corée du Sud et du Japon. Alors, sachant que le gouvernement sud-coréen se dit prêt à riposter rapidement et fortement, les observateurs ont une grande peur, que le moindre faux pas déclenche un conflit.

La France “prend la situation au sérieux” en Corée du Nord et demande “instamment” à Pyongyang “de s’abstenir de toute nouvelle provocation” mais “n’envisage pas” d‘évacuer les quelques Français sur place, a indiqué vendredi soir le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. “Nous prenons la situation au sérieux et sommes en étroite concertation avec nos partenaires européens sur place ainsi que les agences des Nations unies.

Il n’est pas envisagé à ce stade d‘évacuer le personnel du Bureau Français de Coopération (deux agents) ni les ressortissants français qui travaillent pour les Organisations non-gouvernementales et les agences de l’ONU sur place”, a indiqué dans un communiqué le porte-parole, Philippe Lalliot. “A nouveau, nous demandons instamment à la Corée du Nord de s’abstenir de toute nouvelle provocation”, ajoute le communiqué.

La France n’a pas de relations diplomatiques avec la Corée du Nord et n’a donc pas de statistiques précises sur le nombre de ses ressortissants sur place, a précisé le ministère à l’AFP: outre les deux agents évoqués, le nombre de coopérants français sur place est “marginal”, de l’ordre d’une dizaine, selon cette même source.

(avec agences)