DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Décès de Thatcher : l'hommage de certains Londoniens

Vous lisez:

Décès de Thatcher : l'hommage de certains Londoniens

Taille du texte Aa Aa

Margaret Thatcher laisse un héritage très mitigé dans l’esprit des Britanniques. Pour certains, elle reste indissociable de la politique de fer à l‘égard des syndicats, des mineurs. Mais pour d’autres, c’est elle qui a façonné la Grand-Bretagne d’aujourd’hui. Et ceux-là sont venus lui rendre hommage devant son domicile londonien.

Parmi eux, Ned Donovan, étudiant de 19 ans. “Je n’ai jamais eu la chance de rencontrer madame Thatcher, dit-il. Je n‘étais pas né à l‘époque où elle était Premier ministre. Mais si je suis venu ici, c’est pour lui rendre hommage et la remercier. Grâce à elle, la Grande-Bretagne est restée une grande nation. Et de cela, on peut être fier”.

“Je viens souvent des Etats-Unis pour rendre visite à ma soeur, ajoute Mike, venu du New Jersey. Et aux Etats-Unis, Margaret Thatcher, on l’adore. On la considére comme l‘égal de Ronald Reagan. Elle va nous manquer. Il y a quelques années, je la voyais souvent se promener par ici. Et puis elle a été longtemps hospitalisée. Quand je l’apercevais, je lui faisais un petit coucou. C‘était une femme charmante”.


Célèbres citations de Thatcher


  • “Je ne pense pas qu’il y aura un Premier ministre femme de mon vivant.” – ministre de l’Éducation en 1973, six ans avant de devenir Prime minister, et jusque là, la seule

  • “Où règne la discorde, puissions-nous apporter l’harmonie. Où règne l’erreur, puissions-nous apporter la vérité. Où règne le doute, puissions-nous apporter la foi. Où règne le désespoir, puissions-nous apporter l’espérance.” – Citant Saint François d’Assise après sa victoire électorale de 1979

  • “Je ne suis pas une femme de consensus. Je suis une femme politique de conviction.” – 1979

  • “Je me moque de combien mes ministres parlent, tant qu’ils font ce que je dis.” – 1980

  • “Nous avons dû combattre l’ennemi de l’extérieur aux Malouines. Nous devons toujours faire attention à l’ennemi de l’intérieur, ce qui est plus difficile à combattre et plus dangereux pour la liberté.” – Sur la grève des mineurs en 1984-85, ce qui a provoqué une des plus féroces oppositions à sa politique économique

  • “Nous ne demandons pas un seul penny de la part de la communauté Économique Européenne pour la Grande-Bretagne. Ce que nous demandons, c’est simplement de récupérer notre argent.”- lors d’un sommet de la Communauté Économique Européenne 1979

  • “Pour ceux qui attendent avec impatience la phrase médiatique favorite, celle du volte-face, je n’ai qu’une chose à dire : Vous changez le cap si vous le voulez. La dame n’est pas du genre à faire marche arrière.” – à ceux qui la pressent de changer sa politique économique contre le fort taux de chômage lors de la conférence annuelle du parti conservateur, en octobre 1980

  • “C’est un jour que je n‘étais pas censé vivre.” – aux journalistes le jour suivant l’attentat mortel des indépendantistes irlandais en 1984 auquel elle a survécu à la conférence du Parti conservateur

  • “Non! Non! Non!” au Parlement en 1990, le point culminant d’un éclat anti-européen qui a poussé Geoffrey Howe à quitter son poste de vice-PM et lancé ensuite un appel à contester Thatcher

  • “Je me bats. Je me bats pour gagner.” – en novembre 1990, après n’avoir pas réussi à gagner suffisamment de voix pour éviter un second tour à l‘élection du Parti conservateur. Elle a démissionné le jour suivant

  • “C’est un drôle de vieux monde.” – à propos de sa décision de démissionner en 1990