DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Margaret Thatcher, la « Dame de fer »

Vous lisez:

Margaret Thatcher, la « Dame de fer »

Taille du texte Aa Aa

“En politique, si vous voulez des discours, demandez à un homme. Si vous voulez des actes, demandez à une femme”. Ainsi parlait Margaret Thatcher lors d’une interview en 1975.

L’action, le maître mot de cette femme né en 1925 dans une famille de petits commerçants ou le sens de l’effort est une valeur déterminante.

Après des études de chimie et de droit, elle est élue député en 1959 et se fait rapidement remarquer aux Communes. Chef du parti conservateur en 1975, quatre ans plus tard, elle devient la première femme Premier ministre du Royaume-Uni.

Les années Thatcher commencent, elles vont changer le Royaume-Uni. Son objectif, redresser l‘économie. Elle mène une politique ultralibérale, privatisant les entreprises publiques coupant dans les budgets sociaux, inflexible avec les syndicats. Symbole de sa fermeté : la longue grève des mineurs en 1984-85 qui lui vaudra son éternel surnom de “Dame de Fer”.


Célèbres citations de Thatcher


  • “Je ne pense pas qu’il y aura un Premier ministre femme de mon vivant.” – ministre de l’Éducation en 1973, six ans avant de devenir Prime minister, et jusque là, la seule

  • “Où règne la discorde, puissions-nous apporter l’harmonie. Où règne l’erreur, puissions-nous apporter la vérité. Où règne le doute, puissions-nous apporter la foi. Où règne le désespoir, puissions-nous apporter l’espérance.” – Citant Saint François d’Assise après sa victoire électorale de 1979

  • “Je ne suis pas une femme de consensus. Je suis une femme politique de conviction.” – 1979

  • “Je me moque de combien mes ministres parlent, tant qu’ils font ce que je dis.” – 1980

  • “Nous avons dû combattre l’ennemi de l’extérieur aux Malouines. Nous devons toujours faire attention à l’ennemi de l’intérieur, ce qui est plus difficile à combattre et plus dangereux pour la liberté.” – Sur la grève des mineurs en 1984-85, ce qui a provoqué une des plus féroces oppositions à sa politique économique

  • “Nous ne demandons pas un seul penny de la part de la communauté Économique Européenne pour la Grande-Bretagne. Ce que nous demandons, c’est simplement de récupérer notre argent.”- lors d’un sommet de la Communauté Économique Européenne 1979

  • “Pour ceux qui attendent avec impatience la phrase médiatique favorite, celle du volte-face, je n’ai qu’une chose à dire : Vous changez le cap si vous le voulez. La dame n’est pas du genre à faire marche arrière.” – à ceux qui la pressent de changer sa politique économique contre le fort taux de chômage lors de la conférence annuelle du parti conservateur, en octobre 1980

  • “C’est un jour que je n‘étais pas censé vivre.” – aux journalistes le jour suivant l’attentat mortel des indépendantistes irlandais en 1984 auquel elle a survécu à la conférence du Parti conservateur

  • “Non! Non! Non!” au Parlement en 1990, le point culminant d’un éclat anti-européen qui a poussé Geoffrey Howe à quitter son poste de vice-PM et lancé ensuite un appel à contester Thatcher

  • “Je me bats. Je me bats pour gagner.” – en novembre 1990, après n’avoir pas réussi à gagner suffisamment de voix pour éviter un second tour à l‘élection du Parti conservateur. Elle a démissionné le jour suivant

  • “C’est un drôle de vieux monde.” – à propos de sa décision de démissionner en 1990


Inflexible, Margaret Thatcher l’est aussi sur la souveraineté britannique. En 1982, la reconquête des Malouines à l’Argentine en 3 semaines lui permet de redresser sa popularité.

Maggie enchaîne trois mandats de suite. Ultra-libérale et atlantiste convaincue, elle est très proche du président américain d’alors, Ronald Reagan. Anti-communiste et opposée à l’URSS, elle adopte d’emblée en 1985 un ton pragmatique avec le nouvel homme fort de Moscou… Mikhail Gorbatchev, l’homme de la Perestroika et de la Glanost.

Sur le plan européen, la Dame de fer conçoit l’Europe comme un outil pour accélérer le libre-échange et garantir la concurrence. Elle refuse toute idée de super état européen et elle exige de la CEE d’alors, le célèbre chèque d’un milliards de livres sterling pour la contribution britannique. Elle obtiendra sa restitution en 1984.

L’explosion des inégalités sociales et régionales et les dissensions au sein des tories lui vaudront d‘être remplacé par John Major en novembre 1990. .

La Dame de fer est nommée pair du Royaume-Uni comme “baronne Thatcher of Kesteven” et siège à ce titre à la Chambre des Lords.

Après plusieurs petites attaques cérébrales et sur avis des médecins elle se retire de la vie politique en 2002. Très affectée par la mort de son mari Denis en 2003, Margaret Thatcher est de plus en plus discrète.

En2004, elle assiste aux funérailles de son ami Ronald Reagan. L’année suivante, elle est hospitalisée à 80 ans après un malaise.

Le 10 décembre 2006, elle se dira profondément attristée par la mort d’Augusto Pinochet, son allié depuis la guerre de malouines, et le soutien du dictateur chilien à la Grande Bretagne contre l’argentine. Elle lui rendra plusieurs fois visite pendant sa mise en résidence surveillée à Londres en 1999.

Le 13 septembre 2007, à l’invitation du premier ministre travailliste Gordon Brown, elle se rend à Downing Street. L’une de ses dernières apparitions publiques.

Sa santé ne cesse de se détériorer, elle est à nouveau hospitalisée et sa fille Carol révèle en août 2008 que sa mère souffre de démence depuis 7 ans.
Un choc pour les britanniques que Lady Thatcher n’a jamais laissé indifférent tout au long de son règne de 11 ans et six mois et bien après aussi.

  • undated

  • 1984

  • 1985

  • 1985

  • 1985

  • 1994

  • 1999

  • 2007

  • 2010