DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La nouvelle gouverneure de la Banque centrale russe sous pression politique

Vous lisez:

La nouvelle gouverneure de la Banque centrale russe sous pression politique

Taille du texte Aa Aa

La tâche de Elvira Nabioullina, la nouvelle et future gouverneure de la banque centrale de Russie s’annonce des plus délicates.
La Banque centrale a relevé en septembre dernier son taux de référence à plus de 8% pour enrayer l’envolée des prix causées par une mauvaise récolte.
Devant les parlementaires de la Douma, Elvira Nabioullina a donné sa vision du secteur financier russe.
“Le système bancaire – indépendemment des problèmes qui existent – a néammoins réalisé des progrès importants ces dernières années, a expliqué Elvira Nabioullina. Mais le reste du secteur financier est dans un état toujours faible. C’est une des raisons pour lesquelles nos entreprises fuient la juridiction russe, entraînant l’offshorisation de notre économie”.
La fuite des capitaux n’est pas un vain mot en Russie : au premier trimestre 2013, 25,8 milliards de dollars ont quitté le pays.
D’autre part la pression politique est forte actuellement sur la Banque de Russie. L’exécutif russe estime qu’elle doit baisser ses taux d’intérêt pour donner de l’oxygène aux entreprises. Mais jusque-là, l’institution, réputée pour son indépendance, a martelé qu’elle ne le ferait qu’une fois constaté le ralentissement de l’inflation. Or la hausse des prix en Russie atteignait 7% en mars, interdisant toute baisse du loyer de l’argent.