DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Deux ex-employées de Ryanair veulent attaquer la compagnie


Irlande

Deux ex-employées de Ryanair veulent attaquer la compagnie

Deux ex-employées de Ryanair veulent traîner la compagnie low cost devant la justice norvégienne. Elles décrivent leurs conditions de travail proches de l’“esclavage”.

Toutes deux estiment que la compagnie viole la législation norvégienne avec des salaires bas, une privation de certains droits et une ambiance de travail marquée par un régime de terreur, de stress et des pressions.

“Je vis dans l’un des pays les plus riches du monde et je touche le même salaire que dans un pays du Sud et ils ne me paient même pas en cas d’arrêt maladie,” dit Alessandra.

Moins de 16.000 euros pour neuf mois de travail, c’est ce que toucherait une hôtesse de l’air chez Ryanair si l’on en croit des contrats divulgués par d’anciens employés de la compagnie.

Le patron de la compagnie irlandaise se défend.

“Elles ont juste inventé ces fausses accusations quelque six mois après avoir été licenciées. L’une a été renvoyée pour avoir enfreint des règles de sécurité et l’autre car elle ne s’est plus présentée au travail pendant sa période d’essai de 12 mois,” rétorque Michael O’Leary, le Pdg de Ryanair.

La compagnie visée par un appel au boycottage lancé par des responsables syndicaux et politiques norvégiens, dit être victime d’“une série de fausses allégations” dans le cadre d’une campagne de dénigrement orchestrée selon elle, par les organisations syndicales.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chili : nouvelle manifestation des étudiants pour la gratuité de l'éducation