DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La violence, un fléau au Venezuela


Venezuela

La violence, un fléau au Venezuela

Les statistiques sont édifiantes : 16 000 meurtres commis l’an dernier au Venezuela… selon les statistiques officielles. Car une ONG, l’Observatoire de la violence, en estime le nombre à près de 22 000 ! Des homicides ayant comme toile de fond le trafic de drogue, les règlements de compte, les enlèvements, les vols à main armée…

La violence a ainsi été en toute logique un thème majeur de la campagne électorale qui s’est terminée jeudi soir. Les deux candidats en lice dimanche pour la présidence du pays auront multiplié les promesses d’y mettre fin.

“L’un des problèmes les plus graves que le pays connaît, a ainsi déclaré Nicolas Maduro pendant son dernier meeting, c’est l’insécurité, la criminalité, la violence, la consommation de drogue et la culture de mort véhiculée par le capitalisme.” “Je m’engage à trouver une solution, dans l’esprit de la politique de Chavez”, a—t-il poursuivi.

Maduro s’inscrivant dans la ligne d’une politique incapable de réduire l’insécurité : un angle d’attaque idéal pour son adversaire, Henrique Capriles. “Depuis des années, il y a des gens qui ne peuvent pas dormir tranquillement chez eux à cause de ce qui se passe à l’extérieur de leurs maisons, a-t-il ainsi dénoncé. Parce qu’ils ont peur. Ce qu’ils entendent ne vient pas de leur télévision mais ce sont de vraies balles, les sons de la violence. Alors, avec vous, je veux construire un pays dans lequel les gens pourront dormir paisiblement.”

A Caracas, considérée comme la capitale la plus dangereuse du monde, on fait d‘étranges expériences dans des quartiers, en instaurant des “zones sans armes”. Peut-être, qui sait, le début d’une inversion de tendance…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les années suisses de Kim Jong-un