DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le débat sur la possession d'armes est relancé aux Etats-Unis


Etats-Unis

Le débat sur la possession d'armes est relancé aux Etats-Unis

Par 68 voix contre 31, les sénateurs ont accepté jeudi 11 avril 2013 de débattre des propositions du président Obama sur un contrôle accru des armes. C’est un premier succès pour lui, qui en a fait une de ses priorités. Notamment depuis le massacre en décembre 2012 de l‘école primaire de Newton, dans le Connecticut : 26 enfants et enseignants avaient été tués par un jeune homme qui s‘était ensuite suicidé.

“Nous sommes ici pour demander que des mesures soient prises, explique Jillian Soto,
la soeur d’un enseignant victime de la tuerie. Nous voulons croire que ceux que nous aimons ne sont pas morts pour rien. Ils
sont morts en protégeant des enfants qu’ils aimaient et ils méritent un vote.”

Mais le chemin vers une législation plus contraignante en matière de vente d’armes est semé d’embûches. Le deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis garantit à chaque citoyen le droit de porter des armes. Et cet argument est régulièrement brandi par la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes. Puissant et très influent dans le parti
républicain. Or, si les Démocrates sont majoritaires au Sénat, les Républicains le sont à la Chambre des représentants…

“La voix de Newtown, les pleurs de ces enfants, les pleurs de mon enfant nous imposent de faire quelque chose”, commente Samuel Saylor, un pasteur, père d’un jeune homme de 20 ans tué à Newton. Il évoque aussi les innombrables futures victimes. “Le temps est venu, ajoute-t-il, d’un changement de paradigme dans notre pays.”

Quelque 3 300 personnes ont été tuées par armes à feu aux Etats-Unis depuis le massacre de Newton. C‘était il y a tout juste – et seulement – quatre mois.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Séoul doute que Pyongyang puisse envoyer un missile nucléaire