DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les experts divisés sur la force de frappe réelle de la Corée du Nord


Corée du Nord

Les experts divisés sur la force de frappe réelle de la Corée du Nord

L’offensive verbale menée ces dernières semaines par Pyongyang envers la Corée du Sud et les Etats-Unis laisse les experts perplexes. A Washington, ces spécialistes sont partagés, en particulier sur le réel danger présenté par la Corée du Nord.

Le pays a-t-il vraiment les moyens de mettre ses menaces à exécution ou faut-il les voir comme un moyen pour le jeune dirigeant nord-coréen d’assoir son pouvoir en interne ?
Eléments de réponse:

“Pour moi, l’enseignement le plus important que l’on peut tirer de cette crise, c’est qu’une Corée du Nord avec l’arme nucléaire, et capable de lancer des missiles – s’ils ont ce genre d‘équipements un jour – pourrait vraiment mettre à exécution ces menaces à vous glacer le sang qu’ils ont déjà formulées. Et c’est quelque chose de très inquiétant selon moi”, estime Evans Revere du Albright Stonebridge Group.

Et c’est là toute la question. La Corée du Nord dispose-t-elle vraiment d’armes et de missiles capables d’atteindre les Etats-Unis ?
Qu’en est-il, par exemple, de son missile balistique de moyenne portée, le Musudan ?

“Le missile Musudan – dont on disait qu’il devait être lancé aujourd’hui – n’a jamais été tiré auparavant. Les Nord-Coréens ont l’air de le croire opérationnel mais ils ne l’ont jamais testé. Personne, aux Etats-Unis, en Russie ou en Europe ne peut considérer un missile opérationnel tant que des essais de tirs n’ont pas été menés”, constate Steven Pifer, du Center for 21st Century Security and Intelligence.

Dans le doute, les Etats-Unis préfèreraient privilégier la voie diplomatique.

“Les Etats-Unis sont face à un dilemme. Le secrétaire d’Etat John Kerry a formulé la volonté américaine de renouer le dialogue avec la Corée du Nord. Cependant, il y a un problème : les Nord-Coréens y sont prêts mais seulement à certaines conditions, c’est-à-dire, être reconnu comme Etat disposant de l’arme nucléaire et exclure la Corée du Sud de tout rôle majeur”, conclut Stefan Grobe, le correspondant d’euronews à Washington.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Corée du Nord : La menace de trop ?