DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Au Venezuela, la crise politique se mesure en décibels


Venezuela

Au Venezuela, la crise politique se mesure en décibels

Des pétards et des feux d’artifices du côté des supporters de Nicolas Maduro, pour contrer le bruit des casseroles des partisans d’Henrique Capriles : au Venezuela, la crise politique se mesure à présent en décibels.

Suite aux affrontements de lundi soir qui ont fait sept morts et une soixantaine de blessés, Nicolas Maduro a décidé d’interdire la marche de l’opposition prévue ce mercredi. Les supporters de son rival ont donc trouvé un autre moyen de se faire entendre.

“Mon vote est sacré et doit être respecté”. Je suis vénézuélienne, j’ai des enfants qui vont hériter de ce pays”, s’insurge Rita Gallegos, qui soutient Henrique Capriles.

L’opposition demande toujours le recompte des voix du scrutin de dimanche qui a vu Nicolas Maduro l’emporter d’une courte tête. Beaucoup de bruit pour rien, a répliqué, en substance, l’héritier d’Hugo Chavez qui qualifie les doléances de son adversaire de “caprice de bourgeois”. Il a promis, je cite, d’avoir “une main de fer” face aux “putchistes”.

Il a vivement recommandé à Henrique Capriles “de faire marche arrière”, tout en lui certifiant “qu’il devrait répondre des violences dont il le juge responsable, devant la justice”.

Alors que la majorité des dirigeants latino-américains a reconnu l‘élection de Nicolas Maduro, les Etats-Unis et l’Organisation des Etats Americains appuyent la demande de l’opposition de recompter les voix.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Double attentat de Boston : des fragments d'engins explosifs