DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pyongyang propose un marché

Vous lisez:

Pyongyang propose un marché

Taille du texte Aa Aa

La Corée du Nord s’est dite prête jeudi à discuter si les Etats-Unis et la Corée du Sud cessaient les exercices militaires et levaient les sanctions de l’ONU.

Pyongyang a également annoncé que la dénucléarisation de son territoire serait entamée dès lors que les Etats-Unis retireraient leurs missiles nucléaires de la région. Des missiles que les Nord-Coréens pensent directement pointés vers eux.

La déclaration de la Haute autorité militaire nord-coréenne, publiée par l’agence de presse officielle KCNA, stipule que “le dialogue et la guerre ne peuvent coexister. (…) Si les Etats-Unis et leur marionnette du Sud (NDLR. la Corée du Sud) ont la moindre envie d‘éviter le coup de massue de notre armée et de notre peuple et souhaitent véritablement le dialogue et les négociations, alors ils doivent prendre une décision résolue sans attendre”.

Le Sud a immédiatement qualifié ces demandes de “regrettables” et d’“absurdes” avant de déclarer : “Nous demandons au Nord de cesser instantanément de telles demandes incompréhensibles et de faire un choix plus judicieux”.

Les menaces de guerre du Nord ont repris après les sanctions de l’ONU, durcies contre Pyongyang après son troisième essai nucléaire en février dernier. Ces dernières semaines, le Nord a menacé à plusieurs reprises d’attaquer son voisin du Sud, ainsi que le Japon et même les Etats-Unis.

Washington avait proposé d’entamer des pourparlers avec Pyongyang sous condition que le régime abandonne ses ambitions nucléaires. Mais la Corée du Nord a rejeté toute discussion fondée sur cette condition, affirmant qu’il s’agissait d’une “arme précieuse”.

Dans ses dernières déclarations, Pyongyang a également ouvert la discussion sur la région de Kaesong cette semaine mais les propositions ont été accueillies avec beaucoup d’hostilité, les qualifiant de “stratagème astucieux”.

Dans le passé, la Corée du Nord a proféré de nombreuses menaces dans le but d’obtenir des concessions des Américains et de leurs alliés sud-coréens. Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a insisté sur le fait que le chantage devait cesser : “Permettez-moi d‘être clair; que ce soit le président ou moi, nous n’avons aucune envie de nous livrer à ce genre de manœuvres douteuses.”

Les dernières déclarations nord-coréennes pourraient aussi avoir pour but d’apaiser ses relations avec la Chine, son seul grand bailleur de fonds, et plus généralement son dernier allié.

La Chine a soutenu la Corée du Nord dans la guerre de Corée contre le Sud pro-américain entre 1950 et 1953. Mais les derniers rebondissements et les menaces de guerre nucléaire proférées par le dernier régime stalinien du monde ont poussé la Chine à encourager une solution pacifique aux tensions qui sévissent. Hua Chunying, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chinois, a déclaré qu’il était dans l’intérêt de tous que la Corée du Nord abandonne ses ambitions nucléaires. Et d’ajouter : “Nous pensons que le dialogue et la consultation sont la seule façon de résoudre les problèmes.”