DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Retour à la case départ pour le Parlement italien


Italie

Retour à la case départ pour le Parlement italien

Les grands électeurs sont réunis depuis jeudi pour élire le futur président de la République. Mais ils ne sont pas parvenus à réunir les 2/3 de voix nécessaires à la nomination du successeur de Giorgio Napolitano lors des deux premiers tours. Le vote reprend ce mardi. Au quatrième tour, ce vendredi, il ne faudra plus que la majorité absolue des suffrages.

Seule certitude, ce fut un coup dur pour Franco Marini. Donné favori, l’ancien président du Sénat n’a pas réussi à rassembler. Il a le soutien du centre droit de Silvio Berlsuconi, des technocrates de Mario Monti, mais seulement une partie du centre gauche de Pier Luigi Bersani. Problème, plusieurs membres du Parti Démocratique ont en effet choisi de soutenir Stefano Rodotà. Ce constitutionnaliste n’est autre que le candidat du mouvement protestataire de Beppe Grillo.

Furieuses de ne pas avoir imposé leur candidat, les principales forces politiques multiplient les négociations avant de retourner aux urnes. Des manoeuvres qui ne sont pas pour plaire à des manifestants de gauche réunis à l’extérieur du Parlement. Ils dénoncent un baiser de la mort pour qualifier l’Alliance du Parti démocratique et du Peuple de la Liberté, de Silvio Berlusconi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Corée du Nord pose ses conditions au dialogue