DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Waco : faits et coïncidences


Etats-Unis

Waco : faits et coïncidences

Les dégâts sont considérables. Le bilan est lourd. L’explosion qui a ravagé une usine d’engrais chimique cette nuit à West près de Waco ainsi que des bâtiments alentours, dont des habitations, interpelle par un certain nombre de coïncidences.

Le lieu d’abord. L’explosion s’est produite à West, tout près de Waco. Waco, un nom devenu célèbre depuis le drame survenu tout près de là aussi, à Elk il y a 20 ans.

En février 1993, l’ ATF, le service fédéral américain chargé de la mise en application de la loi sur les armes, les explosifs, le tabac et l’alcool se présente à la résidence d’une secte religieuse, soupçonnée de détenir des armes illégales, avec un mandat de perquisition. S’en suit un siège de 51 jours qui s’achèvera par un assaut du FBI, un incendie et la mort de 82 personnes dont 21 enfants.

Ensuite la date. 17 avril au soir pour l’explosion de West. 19 avril pour Waco et l’attentat d’Oklahoma, il y a respectivement 20 et 18 ans presque jour pour jour.

19 avril 1995: en réaction au dénouement tragique du siège de Waco, un activiste du mouvement des miliciens, mouvance d’extrême droite, tendance paramilitaire opposée à l’interdiction des armes à feu fait exploser un camion au pied d’un bâtiment abritant les bureaux du FBI et de L’ATF à Oklahoma. Bilan: 168 morts et près de 700 blessés.

Enfin le contexte: 1993, 2013. Deux présidents démocrates en prise à l’opposition farouche des pro-armes face à leur volonté de faire avancer la loi sur le contrôle des armes à feu.

Février 1993 débute le débat autour du “Brady bill”, dont Bill Clinton fait son cheval de bataille. S’opposant farouchement aux s lobbys pro-armes, il parvient à faire adopter la loi en fin d’année. C’est la plus importante loi à ce jour votée pour limiter le port des armes à feu. Elle rend obligatoire les vérifications d’antécédents criminels et psychiatriques avant la vente d’armes.

A son tour, 20 ans plus tard, Obama se lance dans la bataille, affronte une opposition violente des lobbys pro-armes, et se heurte à l’immobilisme de la classe politique. Hier après le rejet par le sénat d’un plan pour étendre les contrôles d’antécédents sur les acheteurs d’armes, il déclarait: “Ce fut une journée honteuse pour Washington. Mais cet effort n’est pa terminé. Je veux qu’il soit clair pour le peuple américain que nous pouvons encore apporter des changements significatifs pour réduire la violence armée.”

C‘était quelques heures avant l’explosion de West.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Attentat de Boston : la police n'aurait arrêté aucun suspect