DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

14 ans après Columbine


Etats-Unis

14 ans après Columbine

Il y a quatorze ans, le 20 avril 1999, avait lieu une des tueries les plus traumatisantes de l’histoire américaine. Au lycée de Columbine (Colorado), deux étudiants, Eric Harris et Dylan Klebold, massacrent douze étudiants âgés de 15 à 18 ans, tuent un professeur et font vingt-sept blessés. En fin de journée, les deux étudiants finissent par se suicider. La tuerie de Columbine restera la plus meurtrière perpétrée dans un lycée américain. Le scénario avait été préparé dans les moindres détails. De nombreux débats ont suivi la tragédie dans la société américaine.

Retour sur cette journée

Eric Harris et Dylan Klebold arrivent au lycée à 11h. Ils s‘équipent d’armes sur le parking de l‘établissement. Il place une bombe qui explosera quelques minutes plus tard à huit cents mètres de l‘établissement. Un moyen de faire diversion. Pendant ce temps, Harris et Klebold placent deux engins explosifs dans la cafétéria de l‘établissement. Ils se placent alors aux sorties principales, censés tuer les étudiants qui tenteraient de s‘échapper. Mais leur plan ne fonctionne : les bombes n’explosent pas.

“Go! Go!” Les deux adolescents sont arrivés depuis seulement vingt minutes et tirent déjà sur leurs premières victimes sur le campus. Harris tire ensuite à plusieurs reprises sur un groupe d‘étudiants. Il vise ensuite une enseignante. Elle tentait de les arrêter, croyant qu’ils tournaient une vidéo amateur. L’enseignante, blessée, se réfugie alors dans la bibliothèque, d’où elle parvient à appeler la police.

Un premier policier est dépêché sur place. Mais il est à cours de munitions avant d’avoir neutralisé les deux tueurs. Karris et Klebold se rendent alors dans la cafétéria et tirent sur les étudiants sans distinction. Ils se rendent ensuite dans la bibliothèque et ordonne aux étudiants cachés sous les tables de se lever (“Get up!”). Ils tirent sur des étudiants et laissent certains s‘échapper. En sept minutes, dix étudiants périront dans la bibliothèque. Des survivants se souviennent alors avoir entendu : “Peut-être qu’on devrait commencer à poignarder les gens, ça serait plus drôle.” (“Maybe we should start knifing people. That might be more fun.”)

Une heure après le début de la fusillade, à midi, les deux adolescents échangent des coups de feu avec la police, située à l’extérieur. Ils finiront par se suicider au bout de quelques minutes, comme prévu dans leurs plans.

Dans la soirée une dernière bombe explose dans la voiture de Klebold alors que l‘équipe de déminage terminait son travail. Elle ne fit aucune victime.

    Historique des tueries en milieu scolaire

  • 18/05/1927 : Attentat de Bath Consolidated School – Un homme place 10 kg de dynamite dans une école de Bath Township (Michigan) tuant 45 personnes et 58 blessés, principalement des élèves. L’homme, agriculteur, aurait agi pour protester contre la levée d’un nouvel impôt.
  • 17/01/1989 : Fusillade de Cleveland Elementary School – Un homme au long passé criminel tue cinq enfant et en blesse 30 autres dans une école maternelle à Stockton (Californie). Ses victimes étaient principalement asiatiques.
  • 24/03/1998 : Tuerie à l‘école Jonesboro – Deux enfants de 11 et 13 ans tuent quatre étudiantes et un professeur dans une école de tir. Onze blessés déplorés. La police a saisi les deux enfants avec neuf fusils et pistolets.
  • 21/05/1998 : Tuerie du lycée de Thurston à Springfield (Oregon) – Un lycéens de 16 ans se rend au lycée, qui l’a renvoyé la veille, avec cinq armes à feu. Il tue deux étudiants et fait 25 blessés.
  • 21/03/2005 : Tuerie de Red Lake High School – Un étudiant se rend dans son ancien lycée, dans le Minnesota. Il assassine neuf personnes et fait 12 blessés. Cerné par la police, il se suicide dans une salle de classe.
  • 2/10/2006 : Fusillade dans une école Amish à Bart Township (Pennsylvanie) – Un chauffeur de bus prend une classe d‘école en otage et tue cinq jeunes filles âgées de 6 à 13 ans avant de se suicider.
  • 16/04/2007 : Fusillade de l’Université Virginia Tech, à Blacksburg (Virginie) – Un étudiant Sud-Coréen tue 32 personnes avant de se suicider le lendemain.
  • 14/02/2008 : Fussillade dans la Northern Illinois University – Un ancien étudiant tue 5 personnes et fait 16 blessés avant de se suicider. Il aurait agit suite à une déception amoureuse.
  • 16/10/2008 : Fusillade dans une école primaire à Détroit (Michigan) – Un lycéen de 16 ans tué et trois blessés sur la pelouse d’une école primaire. Le meurtrier n’a pas été arrêté.
  • 2/04/2012 : Tuerie de l’université d’Oikos – Un Coréen abat sept étudiants et en blesse trois autres grièvement à Oakland (Californie) avant d‘être arrêté par la police.
  • 14/12/2012 : Tuerie de Newton – un étudiant de 20 ans tue sa mère et se rend à l‘école primaire Sandy Hook (Connecticut). Au total, il tue 27 personnes dont 20 enfants avant de se donner la mort. Une des pires tueries que l’Amérique ait connues.


Où en est le débat sur les armes aux US ?

A chaque fusillade, l‘émotion remplit les médias et le débat sur le port des armes ressurgit avec cette fois l’espoir de pouvoir y mettre un terme définitif.

Si depuis la tuerie d’Houston, le président Obama, dans son second mandat, s’est largement engagé pour une réforme de la loi sur le port d’armes, le sénat est loin d‘être convaincu. A la veille du vote par le Sénat, Michelle Obama prononçait encore un discours des plus engagés pour la restriction du port d’armes aux Etats-Unis. Mais rien n’y fait. Le Sénat a voté contre la réforme. Une fois de plus, le plus puissant lobby des armes, la National Rafle Association, a gagné la bataille.

La Maison Blanche de qualifier ce vote de “honteux”. Barack Obama a rappelé que 90% des Américains se déclarent favorables une réforme a minima du port d’armes. C’est pour le président Américain un terrible aveu d’impuissance devant un système qui s’accommode du port d’armes comme mode de vie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chine: 24 heures après le séisme, le bilan continue de s'alourdir