DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : l'Europe fait vaguement miroiter l'achat de pétrole à l'opposition


Le bureau de Bruxelles

Syrie : l'Europe fait vaguement miroiter l'achat de pétrole à l'opposition

A défaut d’armer les rebelles syriens, l’Union européenne lève en partie l’embargo sur le pétrole. Paris et Londres étant les seules capitales à vouloir fournir des armes à l’opposition, ce débat reste embourbé. En revanche, les 27 se sont mis d’accord pour permettre aux pays qui le souhaitent d’acheter du pétrole venu des zones tenues par les rebelles. Il sera aussi possible de leur vendre des équipements pétroliers et d’investir dans le secteur, après vérification auprès de la coalition des opposants.

L’Union européenne ne semble pas compter sur une pacification rapide de la Syrie et se place sur le terrain économique et non militaire. Et même si les investisseurs potentiels sont rares et si ces mesures risquent d’accentuer les combats dans les zones pétrolières, mieux vaut pour les Européens que ce soit des revenus du pétrole plutôt que des armes qui tombent entre de mauvaises mains.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Accord Serbie-Kosovo : Bruxelles propose de récompenser les efforts