DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un faux "tweet" d'AP sème le chaos à Wall Street

Vous lisez:

Un faux "tweet" d'AP sème le chaos à Wall Street

Taille du texte Aa Aa

Des pirates informatiques pro-Bachar el-Assad ont détourné, hier, le compte Twitter de l’agence américaine Associated Press. Le compte a annoncé qu’une double explosion avait eu lieu à la Maison Blanche et que Barack Obama était blessé.

“Urgent : Deux explosions à la Maison Blanche, Obama blessé”. Le tweet a été envoyé à 13 heures, heure locale, à plus de 1,9 millions d’abonnés au compte officiel de la grande agence AP (@AP). Un vent de panique a aussitôt soufflé sur Wall Street. La bourse américaine a perdu plus de 136 milliards de dollars.

La fausse information a immédiatement été démentie à Washington. La représentante d’AP à la Maison Blanche a en effet pu rectifier le tir sur son propre compte Twitter. Elle a indiqué que “tout ce qui q été envoyé sur quelque incident qui soit est faux”. Au même moment, Sam Hananel, journaliste à AP, publiait un communiqué expliquant que “le compte Twitter de @AP a été piraté. Le tweet sur la Maison Blanche est faux”.

L’apparition publique du président américain, quelques minutes plus tard, lors de la cérémonie d’honneur aux enseignants de l’année, a mis un terme à l’incident.

L’Armée Electronique Syrienne (SEA), qui clame son soutient à Bachal el-Assad, a revendiqué le piratage. L’organisation est connue pour ses antécédents en la matière. Sky News, Al-Jazeera, BBC… : les hackers ont déjà piraté plusieurs comptes de médias internationaux, notamment celui de l’Agence France Presse en février dernier.

Le FBI cherche désormais à déterminer comment des hackers ont pu réussir une telle action. AP a affirmé travailler en collaboration avec le réseau social pour enquêter sur cette affaire.

Ce piratage relance la polémique sur le niveau de sécurité offert par Twitter à ses utilisateurs. La firme assure travailler actuellement sur la mise en place d’un système de double indentification afin d‘éviter ce type d’incident à l’avenir.