DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Constestation ouvrière au Bangladesh: manifestations et attaques d'usines


Bangladesh

Constestation ouvrière au Bangladesh: manifestations et attaques d'usines

Des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue au Bangladesh, dans la banlieue de la capitale Dacca, vendredi 26 avril. La foule en colère s’est attaquée à des usines, en obligeant certaines à fermer, et des heurts ont éclatés avec la police. Ce mouvement de contestation ouvrier intervient après l’effondrement d’un bâtiment de huit étages dans lequel près de 300 ouvriers du textile ont trouvé la mort mercredi 24 avril.

Pour le secrétaire général de l’Industry All Bangladesh Council, le syndicat ouvrier: “le gouvernement, le propriétaire du bâtiment, les acheteurs, l’Association des fabricants et exportateurs d’habillement du Bangladesh (BGMEA), et les propriétaires des usines doivent payer une compensation équitable”.

Le bâtiment abritait des ateliers de confection, il s’est effondré juste après l’embauche, prenant au piège plus de 3000 personnes. Un millier d’ouvriers, des femmes principalement, sont portées disparues. Chaque jour le bilan s’alourdit: on dénombre pour l’instant près de 300 morts et un millier de blessés. Ce drame est à ce jour le pire accident de l’histoire industrielle du Bangladesh. Il relance la polémique sur les conditions de travail des ouvriers du textile.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Séoul appelle les Sud-Coréens à quitter le site industriel de Kaesong