DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'heure est à l'alternance politique en Islande

Vous lisez:

L'heure est à l'alternance politique en Islande

Taille du texte Aa Aa

La droite a remporté les élections législatives de samedi en Islande. C’est en toute logique le chef du Parti de l’indépendance, Bjarni Benediktsson, qui devrait occuper le poste de Premier ministre. Il y a seulement deux semaines, cet homme de 43 ans avait failli renoncer à poursuivre la campagne, tant il était contesté dans sa formation.

Mais, si son parti arrive en tête, il enregistre un résultat assez faible,
26,7% des voix. Soit 19 sièges. Le même nombre que le Parti du progrès de Sigmundur Gunnlaugsson (24,3%), avec qui il va devoir composer pour former une coalition dans un rapport de forces équilibré.

Les partis de la coalition sortante sont lourdement défaits. En particulier, les sociaux-démocrates de l’Alliance (12,9%), qui perdent plus de la moitié de leurs députés – ils n’en comptent plus que neuf. Il en reste sept au Mouvement gauche-verts (10,9%).

Autre fait marquant de ce scrutin : l’entrée du Parti pirate au Parlement national (5,1%), avec trois élus. Il prône la transparence en politique, la
liberté d’informer et le respect de la vie privée sur l’Internet. C’est une première mondiale pour ce mouvement né en Suède et désormais présent dans d’autres pays.

Enfin, le retour au pouvoir de la droite marquera sans doute l’arrêt des négociations d’adhésion de l’Islande à l’Union européenne (UE). Un pays toutefois déjà très intégré dans l’Europe, à travers un traité commercial avec l’UE et une appartenance à l’Association européenne de libre échange (AELE) ainsi qu‘à l’espace Schengen.