DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"La famille royale va entrer dans le XXIème siècle"


Insight

"La famille royale va entrer dans le XXIème siècle"

Les Pays-Bas ont changé de tête couronnée. Les Néerlandais ont désormais un roi, Willem-Alexander, et par la même occasion, une nouvelle reine Maxima.

Âgé de 46 ans, Willem-Alexander prend la tête du royaume néerlandais et de la maison d’Orange. Il a solennellement prêté serment ce mardi devant les membres des deux chambres du Parlement réunis en états généraux dans la Nieuwe Kerk, l‘église qui jouxte le Palais royal à Amsterdam. Willem-Alexander a juré de respecter la Constitution et de protéger les droits de tous les résidents aux Pays-Bas.

Dans son discours d’intronisation, le jeune souverain a longuement remercié sa mère. S’adressant à son peuple, il a dit vouloir promouvoir l‘égalité et l’esprit de communauté à travers le royaume. Puis ce sont les parlementaires qui, un à un, ont prêté serment devant le roi.

Ce passage de pouvoir a été accueilli dans la liesse devant le Palais royal d’Amsterdam. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, tous vêtus d’orange, étaient réunis pour acclamer le nouveau roi et faire la fête.

Dans la matinée, c’est avec une grande émotion que la reine Beatrix a signé sa lettre d’abdication faisant de son fils aîné, le nouveau roi. Elle porte désormais de nouveau le titre de princesse. Elle compte se retirer dans le château de Drakensteyn.

Quelques jours auparavant, elle avait dit vouloir laisser la place à la nouvelle génération après 33 années de règne. L’abdication est une sorte de tradition aux Pays-Bas, sa mère Juliana et sa grand-mère Wilhelmina en avait fait autant.

Willem-Alexander est donc le premier homme à accéder au trône de la maison d’Orange depuis 123 ans, après trois reines et une régente. Selon les analystes, il devrait adopter un style beaucoup plus détendu que sa mère. Willem-Alexander dit vouloir être un monarque du XXIème siècle et concilier modernité et tradition.

Le rôle du monarque néerlandais a beaucoup évolué depuis la création en 1815 du royaume des Pays-Bas. Chef de l’Etat, même s’il signe toujours les lois, ses pouvoirs ont néanmoins été amoindris ces dernières années. Il représente le royaume sur la scène internationale.

A ses côtés, la reine Maxima. Celle qui a aidé Willem-Alexander — longtemps considéré comme un joyeux fêtard — à s’assagir et à acquérir des épaules suffisamment solides pour endosser la cape d’hermine royale.

Marié depuis onze ans à cette jeune femme d’origine argentine, Willem-Alexander est père de trois filles. L’aînée Catharina-Amalia, âgée de neuf ans, est la première en ligne pour succéder au nouveau roi. Le couple royal ne veut néanmoins pas exposer la fillette qui n’aura aucun rôle public avant ses 18 ans.

Pour évoquer cette transition historique aux Pays-Bas, Max van Weezel, journaliste de l’hebdomadaire “Vrij Nederland” répond aux questions d’euronews.

Olaf Bruns, euronews :
“Avec ce nouveau roi, à quel type de changement faut-il s’attendre en terme d’image ?”

Max van Weezel, journaliste de l’hebdomadaire “Vrij Nederland” :
“Nous allons avoir une monarchie qui communique mieux, qui sera plus en lien avec la population. La reine Beatrix était respectée, mais elle n‘était pas vraiment aimée du peuple, elle n‘était pas très populaire. On l’appelait la “reine de glace.” Elle était très distante avec les médias, avec le peuple. Donc je pense qu’on va assister à un changement radical. La famille royale va entrer dans le XXIème siècle.”

euronews :
“Politiquement, le rôle du roi a changé : il a été réduit, n’est-ce pas ?”

Max van Weezel :
“Ce n’est plus tellement une position de pouvoir. Par exemple, l’an dernier, la reine a été exclue de la formation du gouvernement qu’elle dirigeait habituellement et le Parlement l’a fait seul.
Le Roi est toujours membre du gouvenement, il signe toutes les lois et toutes les mesures, mais cela pourrait changer. Willem-Alexander a toujours dit que si le parlement voulait que cela change, il n’y voyait aucun problème. Donc il pourrait finir par avoir un rôle de simple maître de cérémonie, il ne serait plus un acteur politique.”

euronews :
“Mais on a vu les Pays-Bas divisés ces dix dernières années, il y a eu des débats très durs sur l’Union européenne, sur l’immigration et sur ce qui est important ici : la tolérance. Le roi en tant que symbole fort de l’Etat peut-il combler ces fossés ?”

Max van Weezel :
“L’un des problèmes des Pays-Bas ces dix dernières années, c’est que la monarchie a été en faveur de la coopération européenne, de l’aide au développement pour les pays du tiers-monde, de la lutte face aux problèmes environnementaux alors que de nombreux hommes politiques y étaient opposés.
La grande question désormais est de savoir si Willem-Alexander veut faire entendre son point de vue ou s’il ne dira rien.

euronews :
“Comment le roi peut-il le faire s’il n’a pas de pertinence politique ?”

Max van Weezel :
“Bien sûr, il occupe une sorte de rôle moral dans la société. Par exemple, sa mère, la reine Beatrix accordait une interview chaque année à la télévision dans laquelle elle disait ce qu’elle pensait de l’Europe, de la tolérance dans la société et les hommes politiques n’aimaient pas tous ses prises de parole. Mais j’espère que le nouveau roi fera comme elle.”

euronews :
“En Europe, les familles royales doivent faire face ici ou là à des scandales. Comment celle des Pays-Bas est-elle perçue parmi la population ?”

Max van Weezel :
“La famille royale est aimée, la plupart des gens soutiennent la monarchie. En réalité, nous sommes un drôle de type de monarchie car nous sommes une république avec une couronne sur la tête ! Nous avons aussi de nombreuses caractéristiques républicaines. Il y a eu des débats sur la maison que Willem-Alexander et son épouse Maxima voulaient acheter au Mozambique près des résidences de certains millionnaires comme le propriétaire de Pret-à-manger à Londres et d’autres membres de la jet-set et finalement, le gouvernement a dit : “vous ne pouvez pas acheter cette maison.” L‘évasion fiscale de l’argent des membres de la famille royale vers les îles de Guernesey ou Jersey a suscité également des débats tout comme les dotations qu’ils perçoivent et les avions qu’ils utilisent et je pense que les élus voudraient qu’ils mènent un train de vie plus sobre qu’au cours des deux derniers siècles.”

euronews :
“Donc, cette monarchie est-elle sous le contrôle du parlement ?”

Max van Weezel :
“Oui, on pourrait le dire. Nous sommes une république avec une couronne sur la tête ou une monarchie qui respecte des règles constitutionnelles strictes. La seconde chambre du parlement est le principal lieu de pouvoir. Le pouvoir se trouve au parlement, pas du côté du roi ou de la reine.”

euronews :
“Dans d’autres pays, en Espagne par exemple, l’idée même de monarchie perd du terrain. Y a-t-il un courant républicain aux Pays-Bas ?”

Max van Weezel :
“Non, pas vraiment, c’est un courant très faible. La plupart des personnes que je connais – surtout de gauche – sont contre le concept de monarchie, mais ils soutiennent cette monarchie : la maison d’Orange. Elle est assez populaire d’après moi et tant que la maison d’Orange s’adaptera à cette société démocratique et plutôt ouverte que nous avons et que nous chérissons, il n’y aura pas de problème.”

euronews :
“Les Pays-Bas constituent un pays tellement égalitaire et pourtant, c’est une monarchie : n’y a-t-il pas une contradiction ?”

Max van Weezel :
“Oui, il y a une contradiction. Cette idée que la reine ait un fils et que ce fils devienne automatiquement notre roi est rétrograde. C’est une idée qui remonte au début du XIXème siècle. Si aujourd’hui, on devait reconstruire la Hollande, je pense que nous serions une république, mais en raison de la popularité de la maison d’Orange, de la bravoure dont ses membres ont fait preuve dans les années 40 en combattant pour la liberté contre l’occupation nazie du pays et parce qu’ils peuvent s’adapter à des conditions plus modernes, je pense qu’elle peut survivre.”

euronews :
“Est-ce étrange pour les Néerlandais d’avoir un roi après plus de 120 ans de règnes féminins ?”

Max van Weezel :
“On doit s’y habituer parce que nous allons avoir une nouvelle reine : Maxima va également devenir reine des Pays-Bas.
Ils vont travailler ensemble et je suis sûr que l’on va beaucoup la voir à la télévision, elle va participer aux interviews et aux voyages à l‘étranger. C’est un changement, mais un si grand changement.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Les familles règnantes d'Europe