DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les 20 ans du WWW libre et gratuit – Jérémie Zimmermann, La Quadrature du net

Vous lisez:

Les 20 ans du WWW libre et gratuit – Jérémie Zimmermann, La Quadrature du net

Taille du texte Aa Aa

Quelles entreprises ou lois menacent le plus le web aujourd’hui ?

Ce ne sont pas tant des entreprises que des secteurs.
Il y a le secteur des télécoms qui, lui, veut briser la neutralité du net pour créer de nouveaux modèles économiques basés sur le contrôle des communications.
Il y a les industries du divertissement qui ne veulent pas prendre le virage d’internet où chacun devient un participant à la culture. Elles tentent de prolonger artificiellement le modèle dans lequel elles sont où elles jouent les garde-barrières de la distribution et contrôlent les copies.
Mais il y a aussi de plus en plus les mastodontes du web dits du « big data » dont les modèles économiques sont de plus en plus adossés à l’exploitation des données personnelles en contradiction totale avec les règles européennes en matière de protection de la vie privée.
A ces trois catégories d’acteurs, il faut ajouter une grande partie de la classe politique qui est inquiète vis-à-vis d’internet et qui voit le réseau comme un contre-pouvoir menaçant l’ordre établi.

C’est évidemment l’alliance plus ou moins malsaine de cette partie des pouvoirs politiques et de ces pouvoirs industriels qui donne lieu à des mouvements législatifs et politiques tout à fait dérangeants. Il s’agit du fait de ne pas légiférer pour protéger la neutralité du net, faisant le jeu des opérateurs télécoms ou de légiférer de manière toujours plus répressive en matière de copyright faisant le jeu de l’industrie du divertissement. Mais cela recouvre aussi le fait de détricoter les protections de la vie privée, ce qui est train de se faire au Parlement européen et donc de faire le jeu de ces géants du web américain à la sauce « big data ». Et enfin, cerise sur le gâteau, il s’agit des règles qui visent à imposer la censure des contenus et des communications sur internet, ce qui concerne en grande partie les acteurs politiques évoqués plus haut. On le voit de plus en plus dans les pays démocratiques. Par exemple en France, la Loppsi et l’Arjel imposent la censure des contenus au nom des luttes ô combien légitimes contre la pédo-pornographie et l’évasion fiscale en ligne contre lesquels la censure ne peut pourtant rien.
Ce type de censure porte toujours en elle le risque de censure collatérale et d’atteinte aux libertés fondamentales des individus.

Qu’est ce qui est le plus menacé sur le web selon vous aujourd’hui ? La liberté d’expression, la transparence, les standards ouverts ?

La transparence des données publiques est la base ; cela devrait être la norme.
Le plus menacé est d’une part l’accès, le partage et la participation à la culture et dans des termes plus génériques, le caractère décentralisé des communications sur internet. Les communications sur internet sont en train d’être massivement centralisées autour de plateformes comme Facebook ou Youtube. Cette centralisation va à l’inverse de ce qui est la force d’internet. Heureusement, le nombre de blogs continue d’augmenter, et cela permet de garder son indépendance, contrairement à des informations postées sur Facebook qui peut effacer votre compte du jour au lendemain.

Nous avons tous une responsabilité collective sur internet qui est une sorte de bien commun que nous possédons tous ensemble virtuellement. Apprendre ce que veut dire internet, apprendre ce que veut dire la décentralisation des communications, apprendre ce que veut dire la participation universelle est vraiment quelque chose de très important. Cela implique que chacun participe pour faire en sorte qu’internet reste libre.

Les 20 ans du WWW libre et gratuit