DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

1er mai au Bangladesh : les ouvriers du textile crient leur colère


Bangladesh

1er mai au Bangladesh : les ouvriers du textile crient leur colère

Au Bangladesh, les ouvriers du textile ont mis des mots sur leur fureur à l’occasion de la fête du travail. Ils étaient au moins 10.000 dans les rues de Dacca, la capitale. Lugubres, leurs slogans appelaient à la peine capitale pour les propriétaires des ateliers de confection de l’immeuble de Savar, qui s’est effondré il y a une semaine. Le dernier bilan fait état de 402 morts et 149 disparus.

“Nous célébrons ce premier mai dans la tristesse, parce qu’il y a quelques jours, un immeuble abritant cinq ateliers de confection s’est effondré. Nous avons perdu plus de 400 ouvriers,” regrette Amirul Hoq, un représentant des travailleurs du textile.

Sa consoeur, Moshrefa Mishu, réclame juste : “Nous manifestons pour les ouvriers tués dans l’effondrement de l’immeuble de Savar. Nous réclamons la peine de mort pour le propriétaire de l’immeuble. Il devrait être pendu et des indemnités devraient être versées aux blessés et aux familles des disparus.”

Sept personnes ont été arrêtées pour homicide involontaire, dont le propriétaire de l’immeuble. Ses ateliers fournissaient notamment les marques espagnole Mango, italienne Benetton, et britannique Primark. Ce dernier s’est engagé à indemniser les victimes de la catastrophe qui travaillaient pour son sous-traitant, notamment les enfants ayant perdu leurs parents.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Istanbul : gaz lacrymogènes en guise de muguet