DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Escalade ou pas : les bombardements israéliens sur Damas suscitent les spéculations


Syrie

Escalade ou pas : les bombardements israéliens sur Damas suscitent les spéculations

Le gouvernement israélien n’a pas confirmé par la voie officielle avoir ordonné les bombardements sur Damas. Seul un responsable, sous couvert d’anonymat, s’est exprimé en ce sens. Mais la nature de cette opération – de même que celle, similaire, menée vendredi – ne fait aucun doute. Le ministre israélien du Tourisme, Uzi Landau, le dit d’ailleurs entre les lignes…

“La politique de l’Etat d’Israël est d’empêcher qu’un certain type d’armes ne se retrouve entre les mains de terroristes, explique ce vieux routier de la politique israélienne. C’est essentiel pour nous et cela doit être poursuivi, comme le Premier ministre (Netanyahu) l’a dit.”

La Syrie a démenti tout transit d’armes sur son sol vers le Hezbollah et elle a dénoncé une “agression”. Voici comment Moshe Maoz, un universitaire israélien, spécialiste de la Syrie et de la Palestine, voit la situation évoluer. “La Syrie ne peut pas mener de représailles sans l’approbation de l’Iran et aussi du Hezbollah, estime-t-il. Seule l’Iran peut donner le feu vert car ce pays est à l’origine de l’envoi d’armement. Et je ne pense pas que l’Iran ait envie de déclencher une guerre. Aussi, elle va probablement continuer à dénoncer les activités israéliennes sans pour autant agir. Et si je me trompe et que l’Iran décide d’engager des représailles, elle ne le fera pas elle-même mais par l’intermédiaire du Hezbollah. Alors, cela conduirait en effet à une guerre.”

Le président du parlement iranien, Ali Larijani, a réagi en évoquant les arrière-pensées, selon lui, d’Israël. Avec ce message plutôt subliminal.
“Cet événement confirme ce que pense notre République islamique sur la crise syrienne, a-t-il ainsi déclaré : ceux qui agissent en sous-main ont pour principal objectif de détruire la résistance régionale contre Israël.”

Risque d’escalade ou pas : l’armée israélienne a déployé deux batteries antimissiles dites Iron Dome dans le nord du pays, à la frontière avec le Liban. “Afin de répondre à toute éventualité”, ont commenté les autorités…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Etats-Unis : cinq femmes meurent dans une limousine en feu