DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

François Hollande, un premier anniversaire au goût amer

Vous lisez:

François Hollande, un premier anniversaire au goût amer

Taille du texte Aa Aa

François Hollande sous un déluge. L’image a fait le tour du monde, c‘était le jour de son inauguration comme président de la république. Etait-elle prémonitoire cette image d’un président en proie aux éléments?

Il y a un an la France de gauche était en fête. Un petit air de 1981 sur la place de la bastille. Après 17 ans de présidence de droite, François Hollande était élu et son slogan était chanté à tue tête.

Frederic Dabi, Ifop :
“Quand les Francais entendaient “maintenant le changement”, ils espèraient un changement dans leur vie quotidienne, sur les questions micro-économiques et sociales, et là ils voient que c’est faux.’”

Un an plus tard, en effet rien ne va plus. Le chômage a battu le niveau record de 1997. La France ne sort pas de la crise. François Hollande n’a pas connu de lune de miel avec les Français et 76% d’entre eux se disent déçus de son action. Les pertes d’emploi ont été particulièrement sévères dans le secteur automobile, les manifestations de colère des salariés menacés parfois violentes comme sur ce site de goodyear en mars dernier.

Pourtant le gouvernement tente de prouver qu’il agit. Alors que le président affiche une sérénité immuable, martelant qu’il a un cap et qu’il s’y tient, Matignon dresse sur son site le bilan des 60 engagements pris par le candidat Hollande et l‘état d’avancement des dossiers.

Au total, une trentaine de mesures déjà accomplies, en faveur de l‘épargne, des PME, de l’emploi, de la politique familiale
passées relativement inaperçues, comparé à l’engagement 31, ultra-médiatisé tant il a divisé la société française: l’adoption du mariage pour les couples homosexuels. Une victoire sociale indéniable pour les électeurs de gauche, un mauvais pas au mauvais moment, pour les autres.

Une année marquée aussi par l’affaire Cahuzac. La faute et le mensonge du ministre du Budget vont ternir le gouvernement et la république exemplaire qu’avait voulue le président. La crédibilité de l‘équipe est entamée.

C’est finalement hors frontière que le président s’en sort le mieux. Moins conciliant avec Angela Merkel, il parvient à faire entendre ses convictions en Europe et même à faire des émules, sur la croissance avant l’austérité. Quant à l’opération au Mali où il sera reçu en héros en février, c’est sans doute la seule action que les français ne lui contestent pas

Laurent Joffrin, le Nouvel Observateur : “un pouvoir qui n’a pas pris la mesure des épreuves”

Giovanni Magi, euronews
Vous avez écrit que François Hollande a gagné les élections par sa prudence, sa froideur de joueur d’échecs. Mais sa prudence est devenue un handicap. Pourquoi ?

Laurent Joffrin, le Nouvel Observateur
Parce que la situation est une situation de tempête. Et dans la tempête, il faut réagir de manière extrêmement énergique. Or, François Hollande mène une politique social-démocrate raisonnable. Il a un programme de réformes, qu’il fait l’une après l’autre et il a un discours qui évite de dramatiser. Mais alors du coup les gens se disent : il ne comprend pas que la situation est dramatique. Et je crois, c’est une des raisons principales pour lesquelles il est impopulaire. Ce n’est pas qu’il fait des choses choquantes ou qui heurtent le sentiment des gens mais il donne l’idée d’un pouvoir qui n’a pas pris la mesure des épreuves. Et donc il est injustement attaqué, parce que sa politique n’est pas si mauvaise mais la manière dont il l’a mis en scène, elle, est mauvaise, ça veut dire qu’elle est profil bas.

euronews
Est-ce que le gouvernement pourra rebondir, ou François Hollande rebondira-t-il quand il changera le gouvernement ?

Laurent Joffrin
A mon avis, premièrement, l’équipe actuelle est trop large, il y a beaucoup de ministres que personne ne connait. Donc, ils ne seraient pas là, ce serait pareil. Il faut une équipe beaucoup plus resserrée, avec des personnalités fortes, avec le même Premier ministre, parce que c’est difficile de changer de Premier ministre au bout d’un an, et puis après il reste encore 4 ans, on ne peut pas changer de premier ministre tous les ans. Mais l’équipe doit être resserrée. Deuxième point : il faut qu’un certain nombre de réformes de structure qui soient lancées maintenant, quitte à ce que leurs effets soient retardés. Là je pense qu’il est possible de dire : voilà, la France a décidé de faire de réformes difficiles, nécessaires, par exemple la réforme de l’Etat, par exemple la réforme des retraites, en échange de quoi on desserre un peu le carcan de l’austérité.

euronews
Vous êtes l’historien de la gauche caviar. Le scandale Cahuzac, à votre avis, va-t-il devenir un chapître important de cette histoire ?

Laurent Joffrin
Ah oui, ça a compté, parce que, ce qu’on appelle la gauche caviar, ce sont des gens qui sont honnêtes : ils sont riches, ils sont à gauche, donc ils apportent à gauche l’aide de leurs puissance financière et de leur présence dans l’establishment ; une partie de l’establishment est avec les classes défavorisées. C’est ça la gauche caviar ; elle a dérivé, dans les dernières années, sous l’emprise de l’économie financière, de la spéculation et en partie de la corruption. Et l’exemple de Cahuzac, ça veut dire quelqu’un chargé de mener une politique d’extrême rigueur et qui a un compte en Suisse, qui fraude le fisc.

euronews
Certains sondages disent que si on votait aujourd’hui, M. Hollande n’arriverait pas au deuxième tour. Croyez-vous à un scénario 2017 avec Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen au deuxième tour ?

Laurent Joffrin
Ce n’est pas impossible. Ce n’est pas impossible si la situation ne se redresse pas, si le chômage continue à augmenter, si la situation sociale reste si mauvaise. C’est dans 4 ans, on est un peu dans la politique-fiction. Mais partout en Europe vous avez de partis anti-système, qui progressent. Le seul point qui peut empêcher ça, en dehors d’un redressement économique, c’est que, connaissant ces sondages, toute la gauche se coalise autour d’un seul candidat pour éviter le désastre qui avait été celui de Jospin en 2002 .