DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Google Palestine" crée des remous


Gaza

"Google Palestine" crée des remous

Israël a accusé Google d’aller “contre les efforts de paix” après que le moteur de recherche a rebaptisé “Google Palestine” sa page d’accueil pour les territoires palestiniens.

Pour les Palestiniens bien-sûr, c’est une reconnaissance inespérée, mais le discours est plus pragmatique :

Khaled Jarar est résident palestinien :
“J’espère que les gens intéressés par le tourisme en Palestine, quand ils chercheront la Palestine sur Google, pourront maintenant trouver ce qu’ils veulent. Donc oui cela nous aide”.

Réaction enthousiaste également de l’ancien ministre palestinien pour la Communication et la Technologie :
“C’est important d’ouvrir les portes aux entreprises, de briser la barrière de la peur et des hésitations ici. Cela invite la Palestine sur la carte virtuelle”.

Discours tout autre côté israélien, où l’on hésite à prendre l’affaire au sérieux.

Yigal Palmor est porte-parole du ministère israélien des Affaires Etrangères :
“Ils peuvent l’appeler Google Neverland s’ls veulent, pas de problème. Mais on peut quand-même s’interroger sur les raisons qui poussent une compagnie privée à s’impliquer ainsi dans la politique internationale et la diplomatie, et d’autant plus en plein dans la controverse”.

Si les territoires palestiniens ont bien obtenu le statut d’Etat observateur aux Nations unies en novembre dernier, malgré l’avis contraire des Israéliens et des Américains, il n’est pas encore question, au regard du droit international, de parler de Palestine en tant qu’Etat reconnu…

www.google.ps

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Kenya : perpétuité pour deux terroristes iraniens présumés