DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Nuits sonores" 2013: Les femmes font l'ouverture du festival


le mag

"Nuits sonores" 2013: Les femmes font l'ouverture du festival

En partenariat avec

Gros plan sur les femmes cette année dans la ville française de Lyon lors de la soirée d’ouverture de la onzième édition du festival de musique électronique “Nuits sonores”.

Le festival attire près de 80 000 personnes dans un cadre très urbain, des friches industrielles aux lieux culturels comme Les Subsistances sur les quais de Saône.

Parallèlement à l‘évènement électro, se tient la troisième édition de la plateforme “European Lab” dédiée aux acteurs de l’innovation culturelle en Europe et dans le monde. Un rendez-vous auquel participe l’ancien ministre allemand des Affaires étrangères.

“L’Europe a besoin de se regarder, c’est à dire de voir la diversité. Le négatif, l’horrible côté de la diversité c’est le nationalisme, mais à la base, la diversité est quelque chose de positif et je pense qu’un festival comme celui-ci peut apporter de nouvelles orientations”, intervient Joska Fischer.

Les Nuits sonores 2013 ont commencé avec Diane. Cette DJ de 26 ans originaire de Lyon est très influencée par le style techno de Detroit. A l’adolescence, en pleine crise, elle abandonne la musique classique et le piano. elle adore danser alors elle commence à sortir en boîte de nuit.

“Là je me suis vraiment éclatée pour danser. Ca à vraiment été une découverte. C’est comme ca que j ai vraiment decouvert la musique electronique et que j’ai compris que ça me correspondait. Cela a été comme une révélation et je me suis dit que j’allais revenir à la musique mais à ma facon et différemment”, explique Diane.

Kid A vient de Virgine aux Etats-Unis. Productrice de musique et chanteuse elle trouve son inspiration dans le jazz, de Miles Davis à Nina Simone. Elle aime créer son propre paysage musical. Kid A est le pseudonyme joliment référencé d’Annie.

“Je pense que les gens sont plus disposés et plus ouverts à de nouveaux sons ici par rapport à l’Amérique où seul le Classement du Top 40 compte. Tout le monde veut de la musique version restauration rapide. Alors quand je viens ici j’aime l’ouverture d’esprit”, compare Kid A.

Delphine, alias Pilar, est autodidacte. Musicienne indépendante, elle met en musique son timbre de voix particulier dans des compositions qu’elle assume seule avec pour seuls compagnons ses synthétiseurs et ses micros. Ses chansons rappellent la musique electro des années 90.

“J’ai jamais véritablement vu de différences entre homme ou femme. Il faut exprimer et défendre en tous cas une personnalité, un son et une esthétique, voila”, dit Pilar.

Au départ résolument électronique et techno, la programmation des “Nuits sonores” s’est aujourd’hui bien élargie.

“La différence entre aujourd’hui et les racines de la techno la diversité.
La culture électronique a investi les autres champs de la musique, elle s’est mélangée avec les autres esthétiques et les artistes aujourd’hui sont devenus de plus en plus inclassables et portent des projets de plus en plus personnels, de plus en plus singuliers. Donc il y a une diversité qui est fantastique pour les programmateurs de festivals”, explique Vincent Carrey, le directeur des “Nuits Sonores”.

Rag est la chef de file des Barbi(e)turix, collectif de djs, graphistes, photographes et auteurs en tout genre, qui n’a de cesse de promouvoir les artistes au féminin à travers des soirées, des concerts, des expos et diverses collaborations.

“Je trouve quand même qu’il y a encore beaucoup de DJs qui ne pensent qu‘à eux-mêmes, qui s‘écoutent eux-mêmes et qui jouent pour eux. Et c’est peut-être un peu ça le problemr de certains Moi je pense vraiment que la clef de la réussite est de savoir écouter les gens, savoir écouter le dancefloor et d’ arriver a voir ce qui fait plaisir au gens a ce moment”, dit Rag.

Wolfgang Spindler, euronews:
“Le pouvoir des femmes” donc pour débuter cette edition du festival de musique “Nuits Sonores”. Mais peu importe que le DJ soit un homme ou une femme, ce qui compte ici c’est surtout une chose, qu’il y ait de la bonne musique et qu’onn danse”.

Si, après les Nuits Sonores, vous prends des envies de festivals et de voyages pendant ce printemsp et cet été, n’hésitez plus et choisissez votre prochaine destination grâce à la carte des festivals européens préparée par l’équipe d’euronews.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Nouvelle chorégraphie pour le Boléro à l'Opéra Garnier