DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des élections pakistanaises sous la menace des talibans

Vous lisez:

Des élections pakistanaises sous la menace des talibans

Taille du texte Aa Aa

Eux sont islamistes. Ils vitupèrent contre l’ennemi américain, prône l’instauration de la loi islamique, ce qui ne les a pas empêché d‘être aussi la cible des talibans qui refusent tout processus électoral. Reste que ces partis islamistes pourraient faire un bien meilleur score qu’il y a 5 ans, et de ce score dépendra sans doute en partie l’avenir du pays et celui des talibans.

L’attitude qu’adoptera le futur gouvernement vis-à-vis de l’insurrection, constitue l’un des enjeux de l’élection. Le régime issu des urnes négociera t-il avec ceux qui ont fait régner la terreur sur le scrutin, leur sera t-il plus favorable ?

Des zones tribales du nord ouest, et du Waziristan, jouxtant l’Afghanistan, refuge des tribus pachtounes et de leurs cousins afghans, les talibans ont aussi gagné ces dernières années de plus en plus d’influence au sud, notamment dans la plus grande ville du pays, Karachi. La capitale économique et financière du Pakistan compterait quelques 8000 talibans, armés et organisés. Ils imposent petit à petit un ordre islamiste, créent des écoles coraniques, des cellules de recrutement, instaurent des tribunaux islamiques.

Les violences se sont multipliées dans ce scrutin d’une importance cruciale dans l’histoire troublée de ce pays.
Il intervient alors que, pour la première fois, un gouvernement démocratiquement élu achève son mandat sans avoir été renversé par un coup de force de l’armée.
Et les jeunes de moins de 30 ans qui représentent près d’un tiers de la population ont soif de changement. Mais quel changement ?
38% d’entre eux seraient favorables à un gouvernement basé sur la loi islamique, 33% à un gouvernement militaire et seulement 29% en faveur de la démocratie.

La faute sans doute à la corruption qui gangrène le pouvoir et dont le candidat Imran Khan a fait son cheval de bataille. Le pays se classe 139ème selon Transparency international sur 176 pays. La corruption touche principalement le gouvernement à tous les niveaux et les forces de police. L‘éducation, la santé, la justice sont également concernés.

Enfin, autre enjeu de taille notamment pour l’allié forcé américain: les relations tendues avec l’Afghanistan voisin. Historiquement difficiles, elles sont émaillées ces derniers temps de clashs répétés à la frontière. Or le Pakistan est considéré comme un interlocuteur essentiel dans la recherche d’une solution au conflit afghan, dont les Etats-Unis aimeraient se désengager en 2014.