DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Double attentat de Reyhanli : la Turquie soupçonne Damas


Turquie

Double attentat de Reyhanli : la Turquie soupçonne Damas

Deux voitures piégées ont explosé ce samedi en plein centre de Reyhanli, en Turquie, faisant plus de quarante morts et une centaine de blessés. Le gouvernement turc affirme avoir identifié les auteurs de cet attentat, un groupe proche du régime syrien. La ville de Reyhanli est en effet située à à peine huit kilomètres de la frontière. Les véhicules ont explosé devant la mairie et la poste. C’est l’attaque la plus meurtrière enregistrée en Turquie depuis le début du conflit en Syrie.

“Deux de mes cousins sont morts, et l’un est grièvement blessé et va être soigné. Nous attendons ici pour récupérer les dépouilles de nos cousins.” raconte ce proche de victimes de l’attentat.

Des manifestations ont eu lieu après la double explosion, des habitants s’en prenant aux Syriens très nombreux dans la région, d’autres accusant le gouvernement de sa politique anti-syrienne.

“La province de Hatay est très proche de la frontière syrienne. Elle connaît de l’instabilité. Les auteurs de cet attentat espèrent atteindre leurs buts en provoquant les sensibilités.” a déclaré le Premier ministre Recep Tayyep Erdogan.

Les autorités avaient déjà imputé aux services de renseignement syrien un attentat à la voiture piégée ayant fait 17 morts en février à un poste-frontière voisin.

Le double attentat de samedi a provoqué un vent de panique dans le camp de réfugiés tout proche. La police a en effet du tirer en l’air pour empêcher des groupes de jeunes de s’en prendre aux ressortissants syriens présents dans la ville.

L’attaque vient encore renforcer les craintes d’un débordement du conflit entre Damas et les rebelles sur le sol turc, où 400 000 Syriens ont trouvé refuge.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'UE annonce une aide supplémentaire à la population syrienne